DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Caire : session inaugurale du nouveau Parlement en l'absence quasi-totale d'opposition

Les 596 nouveaux élus des deux chambres , dont 28 désignés par le puissant chef de l‘État Abdel Fattah al-Sissi, ont prêté serment hier. Une première

Vous lisez:

Le Caire : session inaugurale du nouveau Parlement en l'absence quasi-totale d'opposition

Taille du texte Aa Aa

Les 596 nouveaux élus des deux chambres
, dont 28 désignés par le puissant chef de l‘État Abdel Fattah al-Sissi, ont prêté serment hier. Une première depuis près de trois ans et la dissolution de l’Assemblée dominée, à l‘époque, par les frères musulmans. Depuis une nouvelle constitution, voulue par le président Sissi, est entrée en vigueur.

“Notre priorité, maintenant, est d‘élaborer des mécanismes pour attirer les investisseurs et réduire le déficit budgétaire de l‘État, souligne le parlementaire Talat Khalil Omar à la sortie de la session inaugurale. Il faut également créer de nouvelles lois en accord avec la constitution de 2014.”

“Sans justice sociale, le pays ne bénéficiera d’aucun développement, surtout avec la présence de 50 millions de citoyens égyptiens qui vivent dans la pauvreté et dont les droits n’ont pas été reconnus ces trente dernières années. Notre priorité pour l’heure est donc la justice sociale”, insiste Khaled Yousef, député et cinéaste.

Ce parlement est considéré par les détracteurs d’Abdel Fattah al-Sissi, comme un simple appareil de validation des décrets présidentiels tant il semble acquis à la cause du chef de l‘État. Un Parlement issu des législatives de l’année dernière, qui n’avaient mobilisé qu’un peu plus de 28 % des électeurs.