DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Turquie attribue l'attentat-suicide d'Istanbul à l'État islamique

Un attentat perpétré par un kamikaze qui aurait traversé la frontière depuis la Syrie voisine et dont la nationalité n’est pas certifiée. Au moins 10

Vous lisez:

La Turquie attribue l'attentat-suicide d'Istanbul à l'État islamique

Taille du texte Aa Aa

Un attentat perpétré par un kamikaze qui aurait traversé la frontière depuis la Syrie voisine et dont la nationalité n’est pas certifiée. Au moins 10 personnes ont été tuées et une quinzaine d’autres blessés dans l’explosion qui a secoué le cœur historique de la ville.

“Tout d’un coup, j’ai entendu une explosion. C‘était comme un tremblement de terre, le sol a tremblé. (…) Nous avons vu des cadavres, des blessés allongés sur le sol. Quelques minutes plus tard la police est arrivée et a bouclé le secteur. Les ambulances sont venues. C‘était la panique”, raconte un Stambouliote témoin de l’explosion.

La plupart des victimes étaient des étrangers venus voir la basilique Sainte-Sophie et la mosquée bleue, les deux monuments les plus visités de la capitale culturelle turque.

Cette fois, c’est donc le tourisme qui est ciblé. Il y a trois mois, une manifestation pro-kurde était visée à Ankara.

“J’en appelle à l’humanité, a lancé hier le chef du gouvernement turc Ahmet Davutoglu. Nous devons rester solidaires. Nous devons rester main dans la main après les attaques d’Istanbul et d’Ankara, comme nous l’avons fait après les attentats de Paris.”

Parmi les 10 personnes tuées dans l’attentat d’Istanbul, huit étaient allemandes. La chancelière Angela Merkel n’a pas manqué de réagir : “les terroristes sont les ennemis de tous les peuples libres. Oui, ce sont nos ennemis. Oui, ce sont les ennemis de l’humanité tout entière qu’ils soient en Syrie, en Turquie, en France ou en Allemagne. C’est cette liberté et notre détermination à combattre ces terroristes ensemble, avec nos partenaires internationaux, qui prévaudra.”

Longtemps soupçonné de complaisance envers certains groupes djihadistes syriens, le gouvernement islamo-conservateur turc a multiplié les arrestations de membres présumés de l‘État islamique ces derniers mois.