DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pourquoi la chute des cours du brut passe quasi inaperçue à la pompe

La réponse tient en un mot : taxes. En Europe, elles ont augmenté un peu partout. C'est l'occasion pour les Etats de remplir leurs caisses de façon indolore pour le consommateur.

Vous lisez:

Pourquoi la chute des cours du brut passe quasi inaperçue à la pompe

Taille du texte Aa Aa

Ils ont touché un plus bas en six ans en décembre, mais voilà qu’avec la nouvelle année, les prix à la pompe remontent un peu partout en Europe.

Point of view

Depuis des années, des taxes sont imposées à l'industrie pétrolière européenne parce qu'il est facile pour les gouvernements d'en tirer un revenu.

Giannis Rebithis est agent immobilier à Athènes. Les affaires vont mal. Les ventes dans l’immobilier ont chuté de 80 % depuis le début de la crise. Sa voiture est son outil de travail. Il se sent dupé.” Chaque jour je fais beaucoup de kilomètres pour faire visiter des maisons. Plus l’essence est chère, plus mes coûts opérationnels sont importants. Je dépense 350 euros en carburant par mois. Et si les prix du pétrole chutent, ce n’est pas le cas des prix à la pompe,” s’insurge-t-il.

Car la chute des cours du brut est une aubaine pour les Etats : c’est l’occasion d’augmenter les taxes à la pompe de façon indolore, puisque la facture du consommateur reste la même, voire baisse légèrement.

Notre correspondante à Athènes, Symela Touchtidou, explique que “ sur 100 euros payés par un automobiliste grec à la station service, seuls 33 euros vont à l’industrie pétrolière : au pays et à la compagnie de production, à la raffinerie et aux sociétés de distribution. Les 67 euros restants vont à l’Etat. Les taxes sur les carburants sont importantes en Grèce, mais ce ne sont pas les plus élevées d’Europe.”

En moyenne, les taxes représentent 66 % du prix payé à la pompe en Europe. C’est au Royaume-Uni qu’elles sont les plus élevées, à 72 %, et en Bulgarie qu’elles sont les plus basses à 51 %. En France, elles s’alignent sur la moyenne.

Costis Stambolis dirige l’institut grec IENE, spécialisé sur l‘énergie. “ Traditionnellement, depuis des années, des taxes sont imposées à l’industrie pétrolière européenne parce qu’il est facile pour les gouvernements d’en tirer un revenu,” décrypte-t-il. “ Il faut garder à l’esprit qu’aux Etats-Unis, où il y a moins de taxes, les consommateurs paient un tiers de ce que paient les Grecs à la pompe.”

Depuis juin 2014, les cours du pétrole ont chuté de plus de 70 %. En France, en tenant compte de la nouvelle taxe carbone en vigueur depuis le 1er janvier, le prix de l’essence n’a baissé que de l’ordre de 15 % sur la période.