DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Whittlesey, la Pompéi britannique de l'âge du bronze

Vous lisez:

Whittlesey, la Pompéi britannique de l'âge du bronze

Taille du texte Aa Aa

Il y a environ 3 000 ans se trouvaient sur le site des maisons circulaires, en bois et sur pilotis Mais un incendie a provoqué l’effondrement des

Il y a environ 3 000 ans se trouvaient sur le site des maisons circulaires, en bois et sur pilotis

Mais un incendie a provoqué l’effondrement des bâtiments dans la rivière. Les maisons ont été recouvertes de vase, et de nombreux objets ont ainsi été préservés. Ils datent de 1 000 à 800 ans avant notre ère, vers la fin de l‘âge du bronze en Grande-Bretagne.

Il semble que les occupants soient partis en laissant tout derrière eux, même de la nourriture.

“C’est stupéfiant, incroyable que je puisse me trouver ici à côté de cette maison circulaire intacte de l‘âge du bronze avec le toit toujours fixé. C‘était la maison de quelqu’un il y a 3 000 ans et nous allons pénétrer à l’intérieur”, dit Mark Knight, du département d’archéologie de l’université de Cambridge.

La vase a protégé les décombres du pourrissement et le site s’est transformé en une extraordinaire capsule temporelle. Les chercheurs trouvent des jarres, qui contiennent encore de la nourriture, des os d’animaux et des tissus au milieu des poutres brûlées du toit effondré.

“On a trouvé 29 pièces de vaisselle entières, ce qui a passionné les archéologues, mais ce qui est encore mieux que ça, c’est qu’il y a encore des restes de nourriture ici. Ce sont tout simplement les restes du repas en cours au moment ou le village a été détruit par l’incendie. C’est un phénomène très rare, non seulement en Grande-Bretagne, mais dans toute l’Europe”

Les fouilles ont commencé en août. Deux mètres de terre ont été retirés. Le site se trouve près d’une carrière d’argile à côté de Peterborough, dans le comté de Cambridge. On le compare à la cité romaine de Pompéï.

“L’analogie la plus juste à laquelle je peux penser, c’est Pompéi ou une catastrophe a fait fuir tout le monde dans la précipitation, laissant derrière eux toute leur vaisselle. Certains n’y survivront pas. Ici, nous ne savons pas encore, mais nous avons trouvé des restes humains que nous sommes en train de mettre au jour”, révèle Duncan Wilson, directeur général de Historic England, l’institut britannique de préservation du patrimoine.