DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Game of drones


hi-tech

Game of drones

En partenariat avec

Les drones ont toujours le vent en poupe. De très nombreuses sociétés se sont engouffrées sur ce secteur prometteur en proposant des produits toujours plus petits et efficaces.
 
Nombre d’entre eux comprennent désormais la fonction « follow me », la version la plus accomplie du selfie avec un appareil qui suit et filme… son maître comme une ombre.

Ainsi DJI qui a intégré une caméra à imagerie thermique. Au delà des loisirs, les applications potentielles concernent l’inspection de lignes électriques, de panneaux solaires, ainsi que des opérations de recherche, une gestion des productions agricoles et la lutte contre les incendies.

Le drone a été présenté au CES à Las Vegas.

Brendan Schulman, DJI : “C’est une caméra thermique qui permet aux gens de faire toute sorte de choses, comme des inspections, de l’agriculture… mais pour moi ce qui est le plus important c’est la possibilité de sauver des vies. Même de nuit, les détecteurs de chaleur mettent en évidence la présence humaine. Si on se retrouve pris dans une avalanche ou perdu dans une forêt cela peut prendre des heures avant que l’on ne vous retrouve. Mais en utilisant notre caméra thermique XT, on peut vous trouver en quelques minutes. »

Et voici Lily. Ses concepteurs préfèrent parler d’une caméra volante plutôt que d’un drone.

Antoine Balaresque : “Vous l’avez dans votre sac à dos, vous avez votre détecteur autour du poignet et dès que vous êtes prêt à faire quelque chose de cool –comme un saut par exemple— vous sortez Lily vous la jetez en l’air vous faites votre saut et votre caméra retombe. Vous avez fait un vol de 30 secondes et vous avez une vidéo de 30 secondes. Lily peuvent aussi faire des trucs cools comme détecter le moment où vous êtes en l’air comme faire des ralentis. Lily c’est une nouvelle façon de saisir du contenu au moment où vous savez que vous voulez faire quelque chose. Vous la jetez en l’air et elle est tout de suite prête.”

Le fabricant chinois Walkera est aussi entré dans la course avec cette version course… Les vitesses annoncées approchent les 40 kilomètres heures sur une distance d’un kilomètre.

Il peut aussi être connecté à un casque de réalité virtuelle pour donner au pilote à terre la sensation d‘être vraiment en vol.

Leo Yong : “La course de drone, cela veut dire que vous pouvez faire voler des quadrocoptères de différentes tailles, de différentes classes, vous devez trouver et passer des portes, faire des têtes d‘épingle et ce à très haute vitesse. Et la personne qui peut aller le plus vite, sans toucher un obstacle est le champion de la course.
 
Avec des questions grandissantes de sécurité au sujet des milliers de drones qui commencent à siffler au dessus de nos têtes, le fabricant belge Fleye a présenté cet appareil sphérique décrit comme un robot volant. Le rotor est ici abrité et caché à l’intérieur du drone lui même.

Laurent Eschenauer : “On cherche plus à regarder du côté du marché de niche où les drones vont se retrouver plus proches des gens et de leur environnement. On peut l’utiliser à l’intérieur. A proximité d‘équipements, de bâtiments couteux. Et cela reste un drone qui peut prendre des photos aériennes et des vidéos dans des endroits où ils ne pourraient pas facilement aller par eux même.

Alors que les dépenses globales en terme de technologie devraient marquer le pas cette année en cédant 2%, les ventes de drones sont elles promises à la hausse, et ce pendant une décennie encore, encouragées notamment par des applications comme la réalisation, la prospection, la cartographie…

Les ventes se sont élevées à 257 millions d’euros en 2015, elles devraient attendre 3,6 milliards en 2025.

Prochain article

hi-tech

CES de Las Vegas : les nouveautés en matière de télévision