DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle au Portugal : mode d'emploi

Les Portugais aux urnes Plus de neuf millions de Portugais sont appelés à choisir un nouveau président ce dimanche 24 janvier. C’est la neuvième

Vous lisez:

Présidentielle au Portugal : mode d'emploi

Taille du texte Aa Aa

Les Portugais aux urnes

Plus de neuf millions de Portugais sont appelés à choisir un nouveau président ce dimanche 24 janvier. C’est la neuvième présidentielle depuis la révolution de 1974.

Le président sortant Aníbal Cavaco Silva achève à 76 ans son second mandat consécutif de cinq ans, et ne peut pas se présenter de nouveau selon la Constitution.

Les pouvoirs du président

Le président du Portugal a la possibilité de dissoudre le gouvernement et de dissoudre le Parlement s’il estime que c’est nécesssaire pour le bon fonctionnement des institutions.

C’est lui qui nomme le Premier ministre du pays, en tenant compte du résultat des élections législatives. Il nomme les ministres du gouvernement en suivant les propositions du Premier ministres.

La plupart des autres prérogatives présidentielles consistent simplement à approuver les décisions prises par le gouvernement et le parlement, y compris les déclarations de guerre ou d‘état d’urgence, la promulgation des lois et les nominations à la tête de l’armée ou dans les ambassades.

Le système électoral

Il s’agit d’un scrutin à deux tours. Si un candidat recueille plus de 50% des voix le 24 janvier, il remporte l‘élection. Si ce n’est pas le cas, un second tour aura lieu le 14 février entre les deux candidats qui ont recueilli le plus de vote. Depuis 1974, un seul second tour a été nécessaire lors de cette élection.

Une liste record de candidats

Pour être éligible, les candidats doivent être des citoyens portugais de plus de 35 ans, et avoir obtenu au moins 7 500 signatures de soutien.

Jamais il n’y a eu autant de candidats à une présidentielle. Ils sont 10 en lice :

Cândido Ferreira: ancien membre du Parti socialiste, ce candidat de centre-gauche se présente en indépendant.

Edgar Silva: candidat communiste, il a fait sa carrière politique à Madère, mais reste peu connu du grand public.

Henrique Neto: membre du Parti Socialiste, mais très critique vis-à-vis de sa formation et du gouvernement actuel. Aucun parti ne le soutient.

Jorge Sequeira: Psychologue de profession, aucun parti ne le soutient.

Marcelo Rebelo De Sousa: ancien ministre et président du parti de centre-droit PSD (Parti Social-Démocrate), il est l’un des politiques les plus populaires du Portugal.

Maria De Belém: ancienne ministre de la Santé et de l’Egalité et ancienne présidente du Parti Socialiste. Elle n’a le soutien d’aucun parti.

Marisa Matias: candidate de l’extrême-gauche, députée et vice-présidente du parti de la Gauche européenne.

Paulo De Morais: lié au PSD, ce professeur d’université n’a le soutien d’aucun parti.

Sampaio Da Nóvoa: sans expérience politique, il a néanmoins le soutien de trois anciens présidents (Ramalho Eanes, Mário Soares and Jorge Sampaio). Il est le doyen de l’Université de Lisbonne et se présente en candidat indépendant.

Vitorino Silva: aussi connu comme Tino de Rans, il est l’ancien maire de la petite ville de Rans. Il est une figure médiatique après avoir participé à des reality shows.

Selon les sondages…

Les derniers sondages donnent la victoire à Marcelo Rebelo de Sousa. Il remporterait plus de 50% des voix dés le premier tour, suivi de Sampaio da Nóvoa et Maria de Belém.

Derniers sondages :

expresso.sapo.pt

www.cmjornal.xl.pt