DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

FMI : l'afflux de migrants théoriquement positif pour la croissance

Rien n’est certain, mais, à regarder l’intégration des vagues d’immigrations passées, l’afflux de migrants pourrait constituer un apport “globalement

Vous lisez:

FMI : l'afflux de migrants théoriquement positif pour la croissance

Taille du texte Aa Aa

Rien n’est certain, mais, à regarder l’intégration des vagues d’immigrations passées, l’afflux de migrants pourrait constituer un apport “globalement positif” pour la croissance européenne. Voilà, en résumé, le propos, du dernier rapport du FMI présenté, ce mercredi, par Christine Lagarde au Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

Le FMI reconnaît les difficultés politiques à surmonter, mais conseille d’accélérer l’intégration des migrants sur le marché du travail. “Avec un taux de chômage élevé dans plusieurs pays européens, l’intégration des réfugiés (…) pourrait prendre plus de temps qu’ailleurs” peut-on ainsi lire dans le rapport.

Dans un premier temps, les dépenses publiques engagées en faveur des réfugiés devraient avoir un faible impact sur les budgets nationaux. 0.06 % du PIB français et 0.35% du PIB allemand selon les calculs du FMI. Selon l’institution financière, la capacité des réfugiés à payer des impôts et des charges sociales permettra de couvrir les dépenses. La projection établie par les experts du Fond Monétaire International estime que la main d‘œuvre supplémentaire arrivée en Europe ces derniers mois pourrait, à terme, représenter un gain de croissance de 0,2 %. “Ce qui n’est pas négligeable pour des pays dont le rythme est de 1,5 à 2 %” note la directrice du FMI.

Le rapport du FMI préconise de faciliter, autant que possible, l’accès des migrants au marché du travail. Actuellement, les demandeurs d’asile n’ont pas le droit de travailler pendant la période d’examen de leur dossier. Le rapport du FMI propose de réfléchir à lever “temporairement” l’obligation faite aux employeurs de payer un salaire minimum aux demandeurs d’asile. Le Fond conseille d‘étudier cette proposition “avec soin” et alerte sur le risque de créer des “dualités sur le marché du travail” ou de faire des migrants des “concurrents” qui pourraient “nuire” aux intérêts des travailleurs les moins qualifiés.