Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Négociations inter-syriennes : Moscou veut soutenir d'autres représentants de l'opposition

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Négociations inter-syriennes : Moscou veut soutenir d'autres représentants de l'opposition

<p>Les négociations inter-syriennes sous l‘égide de l’<span class="caps">ONU</span> devraient débuter ce lundi à Genève. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry l’a confirmé.</p> <p>Les divergences entre les diverses puissances engagées dans le conflit syrien commencent toutefois à poindre, et en premier lieu sur la légitimité du négociateur en chef nommé par la coalition de l’opposition syrienne, Mohamed Allouche.<br /> La Russie qualifie de “terroriste “ ce responsable du groupe rebelle armé Jaich al-Islam et dit vouloir soutenir une autre délégation, signe des tensions, toujours très vives, avec la Turquie.</p> <p>De son côté, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a dénoncé à l’occasion du Forum économique de Davos l’attitude de Moscou envers l’opposition syrienne modérée.</p> <p>“Nous soutenons en Syrie les forces d’opposition modérées qui se battent contre les positions de Daech. <br /> Mais dans le même temps, ajoute-t-il, le régime syrien et les avions russes attaquent l’opposition modérée plutôt que Daech. Certains milieux, y compris les Russes, cherchent à saboter l’opposition en vue des négociations et à intégrer d’autres éléments dans cette opposition, comme la milice kurde syrienne qui a collaboré avec le régime, au détriment de l’opposition modérée.”</p> <p>Les Etats-Unis et la Russie ne sont pas parties à ces négociations inter-syriennes, qui doivent rassembler des représentants du régime de Bachar el-Assad – deux hauts diplomates ont notamment été nommés -, et une délégation de l’opposition.</p> <p><em>Avec <span class="caps">AFP</span></em></p>