DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Découvrez les pays d'Europe les plus (et les moins) corrompus


monde

Découvrez les pays d'Europe les plus (et les moins) corrompus

L’Espagne est le pays de l’Union européenne qui a perdu le plus de points au classement de l’Indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency International, d’après l’analyse des données réalisée par Euronews.

Les spécialistes expliquent la chute de 10% sur quatre ans de Madrid (à 58 points) par la crise financière et les mesures d’austérité.

L’IPC classe les pays sur cent points ; plus le nombre de points est bas, plus la perception que le secteur public est corrompue est élevé.

La Grèce, pourtant elle aussi frappée durement par la crise financière, voit son niveau monter de près de 30% – elle partait néanmoins de plus loin.

Une fois de plus, la Scandinavie arrive en tête des pays les moins corrompus – malgré certains récents scandales -, tandis que la Hongrie reste en retrait d’une amélioration générale du niveau de corruption en Europe centrale et de l’est.

L’Union européenne et les pays d’Europe occidentale obtiennent la meilleure moyenne régionale (67 points), l’Afrique sub-saharienne la plus basse avec 33 points.

La France se maintient juste au-dessous de la moyenne de l’UE, avec 70 points.

L’index de corruption de Transparency International est le plus utilisé dans le monde. “C’est un indice composite, un sondage de sondages, faisant appel à des données sur la corruption tirées de sondages d’experts réalisés par divers organismes indépendants.”, explique l’ONG.

Dégradation en Espagne

D’après l’analyse d’Euronews, l’Espagne enregistre une baisse de 10,77%, passant de 65 points en 2012 à 58 en 2014.

“Ce n’est une surprise pour personne que de nombreux cas de corruption ont été révélés en Espagne ces trois, quatre dernières années, depuis la crise financière et bancaire, explique Carl Dolan, directeur du bureau européen de Transparency International, à Euronews. Ce qui est intéressant avec ces révélations, c’est qu’elles montrent comment le système en lui-même et tous les aspects de la gouvernance espagnole sont concernés.”

Dernier exemple en date, l’arrestation le 26 janvier 2016 de dix personnes dans la région de Valence, dont l’ancien président régional du Parti populaire (PP), dans le cadre d’une enquête sur un présumé réseau de corruption. On peut également citer les soupçons de caisse occulte au sein du Parti populaire, qui aurait été organisée par l’ancien trésorier du mouvement, Luis Barcenas.

Le militant anti-corruption ajoute qu’il s’agit d’“un déclin dramatique pour un pays qui était dans le top 20 du classement avant la crise.”

Du mieux en Grèce ?

La Grèce est le pays de l’UE qui enregistre la meilleure progression, à 27,78 points, contre 36 en 2012 et 46 en 2014. Les chiffres suggèrent que la crise financière n’a pas eu les mêmes effets négatifs qu’en Espagne. “Il faut se replacer dans le contexte. La Grèce est d’ordinaire le pays membre qui obtient la plus mauvaise note dans notre index. Cette amélioration est bien sûr une bonne nouvelle, mais on part de très bas et il y a encore beaucoup à faire, analyse Carl Dolan. Au contraire de l’Espagne, les partis grecs tentent de prendre le problème de la corruption à bras-le-corps. Il y a de nombreuses enquêtes, notamment dans le secteur de la défense.”

La Hongrie, cancre de l’Europe de l’Est

Un certain nombre de pays d’Europe de l’Est remonte dans le classement, comme la Slovaquie ou la République tchèque. Seule la Hongrie reste à la traîne. “Des institutions jusqu’alors indépendantes, comme la justice et les médias, ont été mis sous la coupe d’un parti politique”, explique Carl Dolan.

La Pologne pourrait-elle suivre le même chemin, aux vues des récents événements ?

“Depuis son entrée dans l’UE, la Pologne a fait de gros efforts avec des améliorations régulières ces trois dernières années, explique Carl Dolan. Mais sans volonté politique, tout cela peut changer. Si les gouvernements ou les partis politiques suivent l’exemple de la Hongrie, il est possible qu’on enregistre une chute dans le classement.”

La Scandinavie, l‘éternel modèle ?

La Scandinavie arrive en tête de nombreux classements européens – celui de la corruption en fait partie. Le Danemark, la Finlande et la Suède forment le trio de tête, suivi de la Norvège.

Mais plusieurs scandales ont éclaté ces quatre dernières années selon TI : corruption policière au Danemark, enquête sur la maire de Bergen en Norvège, soupçons de pot-de-vin dans une entreprise suédoise ainsi que le procès en cours de l’ancien chef de la brigade des stupéfiants de Helsinki, suspecté de trafic de drogues

“On ne dit pas que ces pays sont exempts de toute corruption, affirme Carl Dolan. Mais ils ont de très bons systèmes de gouvernance et les cas de corruption sont rares.”

Les candidats à l’UE, mauvaises élèves

Avec 27 points, l’Ukraine enregistre l’une des plus mauvaises performances d’Europe. L’Albanie, la Serbie, le Monténégro, la Macédoine et la Turquie sont tous sous la barre des 50 points.

“Si l’Union européenne s’intéresse à la corruption, leur procédure d’adhésion sera un long chemin, assure Carl Dolan. Mais une tendance inquiétante montre que la Realpolitik prend désormais le pas sur la question des droits de l’Homme et de la corruption gouvernementale. On l’a vu récemment avec la Turquie. En échange de sa coopération sur la crise migratoire, certains aspects de sa gouvernance sont survolés. Je pense que c’est une mauvaise nouvelle pour l’Union européenne et pour tous ses voisins.”

Evolution de la perception de la corruption 2012-2015

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Dorota soulève des poids pour se libérer d'autres poids