DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Tout savoir sur le virus Zika


monde

Tout savoir sur le virus Zika

La flambée de cas de virus Zika en Amérique latine suscite de nombreuses inquiétudes, notamment au Brésil où plusieurs centaines de milliers de cas auraient été répertoriés. Et c’est également dans ce pays qu’a été relevée une forte augmentation de cas de microcéphalie chez le nourrisson, faisant craindre un lien entre Zika et cette anomalie de la croissance de la boîte crânienne. Des études sont toujours en cours pour confirmer ce lien.
Mais face à l’urgence, plusieurs pays d’Amérique du Sud ou Centrale ont recommandé de reporter toute nouvelle grossesse.Le point sur la situation.

Historique

C’est en 1947 que le premier cas a été détecté sur un macaque en Ouganda, dans la forêt de Zika. Le nom de cette dernière a ainsi été utilisé pour baptiser ce nouveau virus. Le singe porteur avait été placé, à titre expérimental, avec d’autres dans cette forêt pour étudier le virus de la fièvre jaune qui, comme le Zika, se transmet par les moustiques femelles (de genre Aedes, comme les moustiques tigres notamment).
Le virus été contenu dans un premier temps dans un environnement forestier.


Moustique Aedes aegypti, principal vecteur du virus Zika en Amérique du Sud

Mais à la faveur des incursions grandissantes des hommes dans les forêts, les premier cas humains ont été constatés dans les années 50 et 60 (Ouganda à nouveau, Nigeria, Tanzanie). Ces cas sont restés malgré tout sporadiques. Le virus a par la suite été identifié en Asie du Sud (Malaisie).
La première épidémie significative est survenue en 2007 en Micronésie, dans le Pacifique, suivie d’une « explosion » de cas en Polynésie française en 2013.
Concernant le continent américain, le virus s’est propagé en 2014 de l’ile de Pâques, territoire chilien, au Chili lui-même et s’est propagé par la suite sur tout le continent.

Mode de transmission

A l’image de la Dengue et du Chikungunya, le virus Zika « utilise » les moustiques comme vecteur de propagation. Un moustique contaminé dépose les agents viraux dans le derme et l’épiderme de sa victime en la piquant. A son tour, cette dernière contaminera tout moustique sain qui la piquera désormais. Le virus se développe dans le moustique et va pouvoir se propager.

Dans un premier temps, seul ce mode de transmission avait été isolé, mais des cas de transmission après des rapports sexuels auraient aussi été identifiées. Ce dernier point fait encore l’objet de nombreuses études pour infirmer ou confirmer cette possibilité de transmission interhumaine.
La transmission par transfusion sanguine serait également possible, mais aucun cas n’a été rapporté.

Symptômes

Les symptômes du virus sont assez bénins et disparaissent au bout de 2 à 7 jours :
  • Fièvre
  • Eruptions cutanées
  • Conjonctivite
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Céphalées
  • Etat de malaise
Quant à la période d’incubation, elle est à l’heure actuelle inconnue. Si le virus Zika apparaît donc assez inoffensif, des cas de complications ont, en revanche, alerté les autorités sanitaires. Des atteintes neurologiques (telles que le syndrome de Guillain-Barré, qui entraîne des paralysies) ou des malformations fœtales – les nombreux cas de microcéphalie observés au Brésil – ont ainsi été identifiées. Des investigations plus poussées sont encore nécessaires pour valider complètement le lien entre Zika et ces complications. En 2015, le Brésil, déjà en proie à une épidémie de Zika, a dénombré plus de 3.000 cas de microcéphalie (caractérisée par un périmètre crânien inférieur à 33 cm, altérant le développement intellectuel et entraînant donc un retard mental chez l’enfant). Par comparaison, entre 2010 et 2014, environ 150 cas annuels avaient été rapportés dans le pays.


Nouveau-né atteint de microcéphalie au Brésil

A la lumière de ce constat, des pays ont mis en place des mesures draconiennes. Le 18 janvier dernier, la Jamaïque, un pays pour l’heure épargné par le virus, a conseillé aux femmes de reporter de 6 à 12 mois tout projet d’enfant. Aux Etats-Unis, le CDC, le centre pour le contrôle et la prévention des maladies, recommande aux femmes enceintes de ne pas se rendre dans les pays touchés par l’épidémie.

Quels sont les pays touchés ?

3 à 4 millions de cas à venir sur le continent américain, selon l’OMS

En 2015, le virus Zika a été détecté dans la région des Amériques, où il se propage de “manière explosive” pour reprendre les termes de Margaret Chan, la directrice de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Des cas ont ainsi été notifiés dans 23 pays et territoires dans la région. Le niveau d’alerte est extrêmement élevé, précise-t-elle.

En Amérique latine, le pays le plus touché par le virus est le Brésil, avec environ 1,5 million de cas, selon l’OMS. Et à l’approche du Carnaval de Rio et surtout à quelques mois à peine des Jeux Olympiques, les autorités sont sur les dents et tentent d’éradiquer au maximum le moustique Aedes aegypt, vecteur du virus.


Des agents municipaux se préparent à diffuser de l’insecticide aux abords du sambodrome de Rio, 26 janvier 2016

Quant au Honduras, il vient d’annoncer avoir enregistré plus de 1.000 cas de Zika depuis décembre dernier.

Par ailleurs, des cas de virus Zika ont été diagnostiqués sur des touristes européens (Danois, Espagnols, Britanniques et Néerlandais) revenant d’Amérique du Sud.

Traitement

Il n’existe à l’heure actuelle aucun vaccin pour traiter le virus Zika. Seules des mesures de prévention face au risque de piqûre de moustique peuvent permettre de se prémunir face à la propagation du virus :

  • Appliquer des produits répulsifs
  • Porter des vêtements de couleur claire couvrant le plus possible le corps
  • Mettre en place des écrans anti-insectes sur les fenêtres et des moustiquaires sur les lits
  • Identifier, vider et nettoyer puis couvrir tous contenants pouvant retenir de l’eau (seaux, pots de fleurs ou pneus), les moustiques proliférant dans de tels environnements

Zika, questions et réponses par l’OMS (vidéo en anglais)

sources : OMS, PAHO, CDC et inpes.sante.fr

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Découvrez les pays d'Europe les plus (et les moins) corrompus