DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Visite du président iranien au Vatican


Vatican

Visite du président iranien au Vatican

Le président iranien Hassan Rohani a été reçu ce mardi matin au Vatican par le pape François. Une première entre les deux hommes.
L’entretien a duré une quarantaine de minutes.

Plusieurs sujets ont été abordés.
D’abord, l’accord sur le nucléaire récemment conclu entre Téhéran et les grandes puissances. Un accord qui contribue à détendre les relations entre l’Iran et les pays occidentaux.

Dans ce climat de décrispation, le souverain pontife a appelé l’Iran à œuvrer politiquement à la résolution des problèmes au Moyen-Orient. Parmi ces problèmes, le pape François a cité “la diffusion du terrorisme” et “le trafic d’armes”.
L’Iran figure parmi les principaux soutiens du régime de Bachar al-Assad dans le conflit qui ensanglante la Syrie.

Oeuvrer pour la paix au Moyen-Orient, c’est aussi, dans l’esprit du Pape, souhaiter que l’Iran et l’Arabie saoudite, les deux poids lourds rivaux dans la région, parviennent à limiter leurs tensions.

D’après le communiqué du Vatican, les deux hommes ont aussi souligné “la responsabilité des communautés religieuses en faveur de la réconciliation, de la tolérance et de la paix”. Une allusion à la réconciliation entre sunnites et chiites, alors que leurs chefs de file, Riyad et Téhéran, s’opposent, et que le conflit entre les deux branches de l’islam a des répercussions, de la Syrie au Liban en passant par le Yémen.

Le président Rohani a entamé ce lundi sa première visite officielle en Europe, avec une première escale en Italie.
Il est attendu ce mercredi à Paris.

Pour aller plus loin

>> “Les affaires reprennent fort entre l’Iran et l’Europe”, article à lire ici

>> “Arabie-Iran : une crise larvée depuis des années (interview-éclairage)”, à lire ici

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

France : chauffeurs de taxi en colère, fonctionnaires en grève