DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Philippines : les femmes de réconfort demandent justice au Japon

L’empereur du Japon est en visite officielle aux Philippines, à l’occasion des 60 ans de la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays

Vous lisez:

Philippines : les femmes de réconfort demandent justice au Japon

Taille du texte Aa Aa

L’empereur du Japon est en visite officielle aux Philippines, à l’occasion des 60 ans de la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays.

Aujourd’hui alliés, Manille et Tokyo ont pourtant une histoire commune douloureuse : l’occupation brutale des Philippines par l’armée japonaise pendant la Seconde guerre mondiale.

Mercredi, l’empereur Akihito a rendu hommage aux soldats philippins morts durant cette période. Mais un autre épisode sombre de l’invasion japonaise devrait, lui, être passé sous silence : l’enrôlement forcé de milliers de Philippines dans les bordels militaires nippons.

Une terrible injustice pour les quelque 200 personnes qui ont manifesté dans les rues de Manille. Elles réclament des excuses officielles et des réparations de l’Etat japonais pour les 70 Philippines concernées encore en vie.

“Mon message à l’empereur, c’est que maintenant qu’ils ont reconnu les femmes de réconfort en Corée, c’est au tour des victimes philippines d‘être reconnues, explique Narcisa Claveria, 85 ans, ancienne esclave sexuelle. Nous sommes toutes des victimes.”

Les militantes espèrent obtenir un accord du même type que celui signé fin décembre par le Japon et la Corée du Sud, qui offre 7,5 millions d’euros aux 47 “femmes de réconfort” sud-coréennes encore en vie. Mais aucune négociation en ce sens n’a été entamée entre les Philippines et le Japon.

Au total, 200 000 femmes, coréennes, philippines, chinoises, indonésiennes ont été enrôlées de force par l’armée nippone pendant la Seconde guerre mondiale.