DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Suède pourrait expulser jusqu'à 80 000 demandeurs d'asile

Débordée par l’afflux de réfugiés, la Suède durcit encore sa politique d’accueil. Elle se prépare à renvoyer par avions charters jusqu‘à 80 000

Vous lisez:

La Suède pourrait expulser jusqu'à 80 000 demandeurs d'asile

Taille du texte Aa Aa

Débordée par l’afflux de réfugiés, la Suède durcit encore sa politique d’accueil. Elle se prépare à renvoyer par avions charters jusqu‘à 80 000 demandeurs d’asile. Il s’agirait des migrants arrivés sur le territoire en 2015 et dont la demande d’asile est rejetée.

Critiqué par des ONG et la Cour européenne des droits de l’Homme, le gouvernement se défend de vouloir mener des expulsions de masse, interdites dans l’Union européenne.

“Nous n’avons prévu d’expulser personne, explique le ministre suédois de l’Intérieur, Anders Ygeman, mais que les gens qui ont vu leur demande d’asile rejetée retournent dans leur pays d’origine.”

La procédure concernerait près de la moitié des dossiers traités en 2015 en Suède, soit 60 000 à 80 000 personnes, en majorité des Irakiens et des Afghans.

Selon le Règlement de Dublin II, ils doivent cependant être expulsés vers le premier pays européen dans lequel ils sont arrivés – généralement la Grèce ou l’Italie -, et non vers leur pays d’origine.

Au sein de la population réfugiée en Suède, la nouvelle s’est rapidement répandue. Pour Darbaz Chomani, originaire du Kurdistan irakien, “on ne sait pas qui est concerné exactement, ce ne sont que des discours. “Un autre Irakien affirme qu’il a “quitté son pays pour l’Europe, la patrie des droits de l’Homme, de la femme, des enfants et que la décision du gouvernement suédois ne les aide pas.”

La Suède, qui compte moins de dix millions d’habitants, a enregistré plus de 160 000 nouvelles arrivées en 2015 et en attend autant en 2016.

Traditionnellement ouverte à l’accueil des étrangers – 15% des habitants de la Suède sont nés hors des frontières -, l’opinion s’est cependant crispée ces derniers mois devant le flux massif de réfugiés et des fait-divers retentissants, comme le meurtre d’une éducatrice de 22 ans dans un centre d’hébergement pour mineurs près de Göteborg. Un demandeur d’asile âgé de 15 ans a été arrêté par la police.

L’annonce de Stockholm a en tout cas fait tâche d’huile : la Finlande a annoncé jeudi après-midi qu’elle entendait expulser 20 000 migrants déboutés du droit d’asile. Les Pays-Bas pourraient eux aussi envisager cette solution.