DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hassan Rohani accueilli par des Femen à Paris et des nus cachés à Rome


perspectives

Hassan Rohani accueilli par des Femen à Paris et des nus cachés à Rome

Cette semaine, les télévisions européennes ont braqué leurs caméras sur la visite du président iranien en Europe.

RTP

Le président iranien Hassan Rohani a été reçu par l’Italie et la France, une première depuis que les sanctions internationales liées au programme nucléaire de l’Iran ont été levées. Des accords économiques et commerciaux ont été signés avec Paris et Rome, mais Rohani a aussi eu à faire à des manifestations de défenseurs des droits de l’homme. Le reportage de la télévision publique portugaise sur la question.

RSI

La visite de Rohani en Italie a partiellement été assombrie par la controverse sur la dissimulation des statues de nus du Musée du Capitole de Rome. Une initiative prise par respect pour la culture et la sensibilité de l’Iran qui n’aurait rien demandé. Le gouvernement Renzi a ordonné une enquête pour trouver qui était responsable de ce qui s’avère être un acte d’auto-censure. La télévision suisse italienne a fait son enquête.

RAI 3

Pendant une rencontre privée au Vatican, le Pape François a appelé Téhéran à jouer un rôle clef dans l’arrêt de la propagation du terrorisme et du trafic d’armes. Un message qu’Hassan Rohani a semblé vouloir prendre en considération, alors que l’Iran essaie d’améliorer globalement son image. La télévision italienne Rai 3 a suivi la rencontre.

France 3

Le tourisme fait partie des secteurs de l‘économie iranienne qui devrait bénéficier le plus de cette nouvelle ère de relation avec l’Europe. Une tendance déjà amorcée en France où les touristes sont de plus en plus attirés par cet ancien Etat paria. La télévision publique française a mené son enquête.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

perspectives

Réfugiés : l'Allemagne durcit le ton, le Danemark veut les faire payer