Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Syrie : l'opposition envoie une délégation à Genève pour "discuter, pas négocier"

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy  avec AGENCES
Syrie : l'opposition envoie une délégation à Genève pour "discuter, pas négocier"

<p>L’opposition syrienne a décidé ce vendredi soir de participer aux discussions engagées dans la journée à Genève sous l‘égide des Nations Unies.<br /> La plate-forme qui réunit les principaux groupes d’opposition avait choisi de boycotter ce rendez-vous tant que les bombardements sur les civils continuaient.<br /> Apparemment, les responsables de cette plate-forme appelée Haut comité des négociations (<span class="caps">HCN</span>), ont reçu les garanties qu’ils réclamaient.<br /> Pour autant, les membres de cette délégation fixent leurs conditions aux discussions, précisant d’ailleurs que le <span class="caps">HCN</span> se rend à Genève pour discuter et non pour négocier.<br /> “Le <span class="caps">HCN</span> confirme qu’il va à Genève pour participer aux discussions avec l’<span class="caps">ONU</span>, et non pas pour des négociations”, affirme l’opposition sur Twitter.</p> <p>“<em>Nous allons engager des pourparlers avec les Nations Unies autour de 2 points : l’assistance humanitaire et la question des prisonniers politiques. Ces 2 dossiers sont essentiels pour nous.</em>“ <strong>Hind Kabawat, membre du Haut comité des négociations (<span class="caps">HCN</span>)</strong></p> <p>Ce vendredi, l‘émissaire de l’<span class="caps">ONU</span> pour la Syrie, <a href="http://www.un.org/press/fr/2014/SGA1480.doc.htm"><strong>Staffan de Mistura</strong></a>, a déjà rencontré les représentants de Bachar al-Assad. <br /> La délégation du régime de Damas est emmenée par l’ambassadeur syrien auprès des Nations Unies, <strong>Bachar al-Jaafari</strong>.</p> <p>Les discussions indirectes entre les parties pourraient commencer dès ce dimanche. C’est le souhait exprimé par le médiateur onusien.<br /> C’est aussi le vœu des grandes puissances qui, à distance, suivent la réunion de Genève.</p> <p>“<em>Nous appelons toutes les parties à se mettre au travail rapidement et à tout mettre en œuvre pour parvenir à un règlement politique de cette crise syrienne.</em>“ <strong>Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères</strong></p> <p>En décembre dernier, l’<span class="caps">ONU</span> a fixé une feuille de route prévoyant un cessez-le-feu, la mise en place d’un gouvernement de transition dans les six mois et la tenue d‘élections dans les 18 mois (<a href="http://fr.euronews.com/2015/12/19/une-resolution-de-l-onu-pour-lancer-un-processus-de-transition-en-syrie/">voir ici</a>)<br /> Le sort du président Bachar al-Assad constitue un des points d’achoppement.</p> <p>Le conflit syrien dure depuis près de 5 ans. Il a déjà fait plus de 260 000 morts.</p>