DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gravity : l'envol des Norvégiens

Bonjour et bienvenue dans Gravity. On commence aujourd’hui avec du saut à skis et le deuxième concours organisé sur le grand tremplin de Sapporo, au

Vous lisez:

Gravity : l'envol des Norvégiens

Taille du texte Aa Aa

Bonjour et bienvenue dans Gravity. On commence aujourd’hui avec du saut à skis et le deuxième concours organisé sur le grand tremplin de Sapporo, au Japon. 24 heures après le doublé des frères Prevc, nouveau doublé réussi cette fois par les Norvégiens.

Première pour Fannemel, podium pour Kasai

Anders Fannemel décroche son premier succès de la saison grâce à deux sauts fabuleux. Le premier mesuré à 143,5 mètres – personne n’a fait mieux – et le second à 136,5 mètres pour un total de quasiment 266 points. Le détenteur du record du monde de vol à skis brille souvent sur les grands tremplins, et ça tombe bien puisque c’est sur ce genre de rampes que des concours individuels et par équipes se disputeront le week-end prochain à Holmenkollen, en Norvège.

Les locaux seront très attendus, surtout après la deuxième place décrochée par le jeune Johann Andre Forfang, tout juste 20 ans. Il s‘était révélé aux yeux du grand public en novembre dernier en remportant le premier concours de la saison à Klingenthal.

Noriaki Kasai complète le podium devant son public du haut de ses 43 ans et 239 jours. Le vétéran japonais, père d’une petite fille depuis la veille, devance Severin Freund, tandis que Peter Prevc se contente de la sixième place, mais reste très largement en tête de la Coupe du monde.

Le carré d’as norvégien

Les Norvégiens brillent en saut à skis, mais aussi en ski de fond et en ski alpin. Ils ont déjà gagné seize courses de Coupe du monde cette saison, dont huit des onze épreuves disputées en janvier, grâce à un carré d’as.

Henrik Kristoffersen est le nouveau fer de lance du ski norvégien et le nouveau maître des piquets. A seulement 21 ans, il a gagné six des sept slaloms courus cet hiver et n’a été battu, une fois, que par Marcel Hirscher. Il est aussi monté sur le podium en géant.

Avant sa blessure au genou à Kitzbühel il y a huit jours, synonyme de fin de saison, Aksel Lund Svindal avait archi dominé les épreuves de vitesse. Le colosse avait signé quatre victoires en descente et remporté les trois super-G.

Kjetil Jansrud en est lui à deux victoires : une en géant parallèle, l’autre en combiné. Svindal sur le flanc, il pourrait reprendre le flambeau en vitesse comme il l’avait fait l’an dernier en s’adjugeant les globes de cristal du super-G et de la descente.

La relève est déjà assurée en la personne d’Aleksander Aamodt Kilde qui a ouvert son palmarès ce samedi en gagnant la descente de Garmisch-Partenkirchen. Plus précoce que Svindal et Jansrud, il est donc le dernier de la liste chez les “Attacking Vikings”.

La reine Viktoria

A cause des mauvaises conditions météos, le géant prévu ce dimanche à Garmisch a été annulé tout comme le slalom féminin qui devait avoir lieu à Maribor, au lendemain de la victoire en géant de Viktoria Rebensburg. Notre consultant Franck Piccard nous parle de la championne allemande, désormais troisième du classement général de la Coupe du monde.

Franck Piccard : “C’est un petit gabarit très tenace, quelqu’un qui est capable d’aller chercher des victoires. Et des victoires en géant, ce n’est jamais simple à aller chercher ! Il y a les deux manches, il y a la pression entre les deux manches. Elle est capable de résister à ça, donc capable de briller dans d’autres disciplines.

Elle l’a montré en slalom, un peu moins dans les disciplines de vitesse, mais qui sait ? Aujourd’hui, avec la semi-retraite de Tina Maze, avec la blessure d’Anna Fenninger, c’est peut-être l’année pour Viktoria”.

Christl Cranz, la pionnière

Dans notre rubrique “skiing past”, nous revenons sur le parcours des champions qui ont marqué l’histoire. Aujourd’hui, nous faisons un bond de 80 ans en arrière pour parler du tout premier titre olympique décerné en ski alpin, en 1936 à Garmisch-Partenkirchen.

Ce titre, celui du combiné, est remporté à domicile par l’Allemande Christl Cranz. Malgré une chute en descente qui la relègue à 19 secondes (!) de la Norvégienne Laila Nilsen, elle parvient à combler son retard lors des deux manches du slalom.

Christl Cranz fera ensuite des Grands chelems – gagnant descente, slalom et combiné – lors des Mondiaux de Chamonix en 1937 et de Zakopane deux ans plus tard pour se retirer avec un total de 12 médailles d’or obtenues aux championnats du monde, un record qui tient toujours.

It’s snowtime !

Rendez-vous dimanche prochain pour un nouvel épisode de Gravity. On se quitte avec les plus belles images des courses de Garmisch et de Maribor : it’s snowtime !