DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Londres optimiste sur son avenir européen


Le bureau de Bruxelles

Londres optimiste sur son avenir européen

Le président du Conseil européen a présenté ses propositions pour convaincre le Royaume-Uni de rester membre de l’Union européenne. Le Premier ministre britannique s’est en effet engagé pendant la campagne électorale de 2015 à organiser un référendum sur cette question. Dans sa lettre Donald Tusk fait référence à un vers du poète et dramaturge Shakespeare pour résumer l’enjeu : “Être ou ne pas être ensemble, telle est la question”.
 
Sur le point très controversé de la suppression pendant quatre ans des aides sociales destinées aux ressortissants de l’Union, Donald Tusk propose un mécanisme de “sauvegarde” en cas d’afflux exceptionnel de travailleurs. Ce dispositif pourrait être appliqué si les services sociaux se déclarent débordés ou victimes d’abus. Pour le Premier ministre britannique il n’est pas encore question de parler de succès. Mais pour David Cameron il y a dans ce document « de vrais progrès ».
 
Selon ces propositions, le Royaume-Uni ne serait pas contraint de s’engager vers une plus grande intégration des politiques européennes. Le président du Conseil européen propose aussi un système de “carton rouge” pour donner plus de souveraineté aux Parlements nationaux et pouvoir rejeter, selon certaines conditions, un projet de la Commission. Quant à la monnaie unique, Donald Tusk promet de “respecter les droits et les compétences” des neufs pays non membres de la zone euro sans pour autant donner un droit de veto.
 
Mais il ne s’agit pour le moment que de propositions. Le Premier ministre britannique espère obtenir un accord définitif de ses 27 partenaires dans deux semaines lors du sommet européen. Ce calendrier lui permettrait alors d’organiser, dit-on, le référendum en juin ou en septembre.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Débat au Parlement européen sur l'avenir de Schengen