DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Migrations : Lesbos, carrefour de la détresse et de la solidarité


monde

Migrations : Lesbos, carrefour de la détresse et de la solidarité

En Grèce le flot de migrants ne se tarit pas, malgré l’hiver et les naufrages à répétition. Un chaos humanitaire que la Grèce peine à endiguer au point d‘être désormais menacée d’exclusion de l’espace Schengen par l’Union européenne.
Athènes met donc les bouchées doubles pour renforcer le contrôle de ses frontières comme au centre d’accueil de réfugiés de Moria sur l‘île de Lesbos. Des conteneurs ont été installés. Objectifs : accroître la sécurité des procédure d’enregistrement des demandeurs d’asile.

“Ce sera un nouveau poste d’enregristrement, explique Anthi Karageli, la directrice du camp. Chaque conteneur disposera de tout le nécessaire pour enregistrer de 1000 à 1100 personnes par jour.”

Lesbos, nouveau carrefour de la détresse et de la solidarité. Comme beaucoup d’habitants, une octogénaire se démène depuis des semaines pour venir en aide aux réfugiés. A tel point que cette femme a été plebiscitée par une pétition pour soutenir sa candidature au prix Nobel de la Paix. Un pêcheur fait également partie des candidats. Il n’a rien demandé lui nom plus. Il a juste sauvé des vies. Celles de réfugiés prêts à tout pour franchir les quelques kilomètres qui séparent Lesbos des côtes turques.

Malgré les conditions hivernales et les restrictions imposées par certains pays européens, le flux migratoire s’est poursuivi en Grèce en provenance des côtes turques depuis début janvier: au total, les arrivées de migrants en Grèce se sont élevées à plus de 62.000, selon l’Organisation internationale pour les migrations. 272 personnes ont perdu la vie ou ont disparu durant ces traversées.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : les négociations de Genève déjà vouées à l'échec ?