DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brésil en crise : Zika, le défi de trop à six mois des JO ?

Six mois, jour pour jour, avant l’ouverture des Jeux Olympiques d‘été de Rio, les installations sont à 80 % ou 90 % terminées. Tout devrait être prêt

Vous lisez:

Brésil en crise : Zika, le défi de trop à six mois des JO ?

Taille du texte Aa Aa

Six mois, jour pour jour, avant l’ouverture des Jeux Olympiques d‘été de Rio, les installations sont à 80 % ou 90 % terminées. Tout devrait être prêt pour le 5 août prochain, malgré les 500 millions de dollars de coupe pour équilibrer le budget Rio2016 et malgré des complications.

Point of view

Nous ferons tout pour soutenir et aider ces enfants atteints de microcéphalie et leurs familles.

Car, comme pour le Carnaval, une menace plane sur cet événement sportif, organisé pour la première fois, par une grande ville d’Amérique du Sud : l‘épidémie de Zika.

Transmis par le moustique tigre, potentiellement aussi porteur de la dengue, du chikungunya, et de la fièvre jaune, le Zika sévit depuis mai dernier dans le nord-est du Brésil et a commencé à gagner le reste du pays et du continent. Un virus qui peut se transmettre au foetus et provoquer une terrible malformation, la microcéphalie.

Infectée avec le virus Zika au quatrième mois de grossesse, Solange Ferreira a accouché d’un enfant lourdement handicapé :

J’accepterai d’autres choses, mais être aveugle et paralysé c’est triste, je ne veux pas de cela pour lui.”

Près de quatre mille enfants sont nés avec cette malformation au Brésil en 2015.

Une pression supplémentaire pour la présidente Dilma Rousseff, malmenée par des affaires de corruption et qui voit ressurgir le débat sur l’avortement. Car l’IVG n’est autorisé que dans trois cas au Brésil.

A la télévision, Dilma s’est adressée à la population :

Nous ferons tout pour soutenir et aider ces enfants atteints de microcéphalie et leurs familles. Nous mobilisons tout le réseau de santé publique, tous les réseaux d’entraide, toutes les ressources nécessaires pour les aider à prendre soin des enfants souffrant de microcéphalie“.

Cette crise sanitaire tombe en plus à un très mauvais moment pour l‘économie brésilienne qui passe par la pire récession de ces cent dernières années.

Un million et demi d’emplois a été détruit en 2015.

Le PIB s’est contracté de 3,7 % en 2015, et on prévoit une chute de 3 % en 2016. Le chômage a atteint 10 % et l’inflation frôle les 11 %.

L’impact du Zika sur l‘économie peut être dévastateur. Certains économistes estiment que le secteur du tourisme, qui représente 10 % du PIB brésilien, sera gravement affecté. Le nombre de touristes attirés habituellement par le carnaval est déjà en chute libre… Et il en sera sans doute de même pour les JO.