DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

USA : les leçons à tirer des primaires du New Hampshire


Insight

USA : les leçons à tirer des primaires du New Hampshire

Aux Etats-Unis, cette deuxième bataille des primaires nous donne plus de visibilité sur cette la course à la nomination. Notre correspondant Stefan Grobe à Washington va nous donner son point de vue. Les résultats dans l’Iowa ont mis la pression sur certains candidats pour qu’ils réalisent une bonne performance dans le New Hampshire. Trump et Sanders ont gagné comme prévu, mais qui est le plus satisfait de la tournure des événements ?

Stefan Grobe, euronews : “Dans la politique américaine il y a un diction qui dit que l’Iowa produit du maïs et le New Hampshire produit des présidents. Je n’irai pas si loin ce soir. Mais si vous êtes Bernie Sanders ou Donald Trump c‘était une nuit de rêves. D’un autre côté, ça a été une nuit terrible que soit pour l’establishment démocrate ou républicain”.

Nial O’Reilly, euronews : “Le New Hampshire est un des premiers champs de bataille clé, mais est-il encore trop tôt pour parler de moment décisif pour les républicains ou les démocrates ?”

Stefan Grobe : “C’est vraiment un moment décisif pour les deux camps. Les deux empires sont ébranlés et l’empire doit contre-attaquer. C’est pourquoi la lutte va être acharnée dans les semaines et les mois à venir. Mais Hillary Clinton est résistante, elle en a vu d’autres. Donc Bernie Sanders doit montrer qu’il a l’endurance, il a certainement l’argent, et montrer qu’il a la capacité de porter cet enthousiasme du New Hampshire vers d’autres Etats comme le Nevada et la Caroline du Sud, qui sont les prochains Etats sur la liste des primaires.
Du côté des républicains, la question est de savoir si l’establishment peut arrêter Donald Trump ? Jusqu‘à présent nous avons quelques candidats qui ont fait de mauvais scores et ni le gouverneur Bush, ni le gouverneur Kasich, ni le gouverneur Christie n’ont montré qu’ils étaient à la hauteur pour stopper Donald Trump”.

Nial O’Reilly : “Des observateurs disent que cette campagne a manqué de débat de fond, qu’il s’agissait davantage de slogans et de petites phrases. Quelle est l’attitude du public face à ce scrutin très hargneux ?”

Stefan Grobe : “Les candidats sont agressifs parce qu’ils parlent à un électorat très agressif, il y a beaucoup de colère ici. Les républicains sont en colère contre l’establishment. Si vous interrogez des électeurs républicains, ils vous disent que l‘économie est sens dessus dessous, que le système de santé est désastreux, que l’Amérique a perdu son influence internationale et ne peut même pas battre l’Etat Islamique. Les démocrates aussi sont en colère. Les électeurs vous disent que l‘économie n’est favorable qu’aux riches, que la classe moyenne a été détruite, en résumé, ils pensent qu’Obama n’a pas fait assez pour que le pays aille de l’avant. Et à cause de cette colère des deux côtés, on a assisté aux larges succès de Bernie Sanders et Donald Trump.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

Super Bowl : la victoire de Denver et des annonceurs