DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Agressions à Cologne : 73 inculpés en majorité originaires du Maghreb


monde

Agressions à Cologne : 73 inculpés en majorité originaires du Maghreb

Qui étaient vraiment les agresseurs de la nuit de la Saint Sylvestre à Cologne en Allemagne ? Il aura fallu plus d’un mois et demi d’enquête pour apprendre que la nouvelle vague de migrants, originaires de Syrie ou d’Irak n’est pas en cause. De nombreux migrants économiques originaires des pays du Maghreb seraient à l’origine des violences. Ils auraient profité de l’ouverture exceptionnelle des frontières allemandes en 2015.

Dans une interview au journal allemand Die Welt, le procureur général Ulrich Bremer apporte des éléments précis.

73 suspects sont désormais identifiés. Il s’agit principalement de demandeurs d’asile ou de personnes qui se trouvaient illégalement en Allemagne. Ils sont pour la plupart Algériens et Marocains.

“Parmi les suspects, on trouve 30 Marocains, 27 Algériens, 4 Irakiens, 3 Allemands, 3 Syriens, 3 Tunisiens, 1 Libyen, 1 Iranien, 1 Monténégrin.” Des chiffres donnés par Ulrich Bremer qui ajoute que parmi les 73 suspects recensés, 13 sont soupçonnés d’agression sexuelle. L’un d’entre eux – un demandeur d’asile marocain arrivé en Allemagne au mois de novembre – a déjà été placé en détention provisoire.

Début janvier, des sources anonymes de la police avaient dit, dans les médias, que la plupart des agresseurs étaient des réfugiés syriens. Mais après avoir interrogé près de 300 personnes et visionné 590 heures de vidéos, le procureur a donné une autre version des faits.

La majorité des agressions sont des vols

Autre changement notable : plus de 60% des agressions n‘étaient pas à caractère sexuel mais bien des vols explique-t-il.
Sur 1075 plaintes, 467 concernent des agressions sexuelles. Les 600 autres plaintes concernent des vols.

31 décembre 2015 à Cologne

La Saint-Sylvestre s‘était transformée en nuit de cauchemar pour des centaines de femmes à Cologne. Ce soir-là, sur le parvis de la gare, des femmes étaient devenues des proies sexuelles pour des jeunes migrants, éméchés et présentés par la police et les responsables politiques comme principalement d’origine nord-africaine.

Ces viols, attouchements sexuels et vols de téléphones portables ont provoqué un immense choc en Allemagne, qui avait jusqu’ici accueilli plutôt favorablement les quelques 1,1 million de migrants arrivés en 2015.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Rencontre Orbán-Poutine : quels enjeux ?