DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mexique : des soeurs pop-rock pour la dernière messe du pape, ça bouge !


monde

Mexique : des soeurs pop-rock pour la dernière messe du pape, ça bouge !

Le pape François est déjà une “rock star” au Mexique – que le Saint-Père nous pardonne cette comparaison – où il termine une tournée triomphale de cinq jours. Des millions de fidèles l’ont acclamé à chacune de ses étapes, dans la capitale, Mexico, dans les Etats du Chiapas et de Michoacan. Ce mercredi, il a choisi de s’arrêter dans l’une des villes les plus dangereuses du pays, Ciudad Juarez, à la frontière avec le Texas. Non pas pour montrer qu’il n’a pas peur mais, de manière plus chrétienne, pour prendre la parole en faveur des migrants mexicains qui tentent de franchir le grillage qui les sépare de “l’Eldorado” nord-américain.


La messe présidée par le souverain pontife à Ciudad Juarez est “révolutionnaire” car elle se tient à seulement quelques dizaines de mètres du mur frontalier : de l’autre côté du Rio Grande, les immigrés latinos peuvent ainsi écouter le discours du pape François. Du jamais vu, jamais entendu ! Si l’on regarde par le petit bout de la lorgnette, pour sortir un peu de ces thèmes sensibles et déprimants de la violence, de la misère, de l’immigration – juste le temps de ce petit article – on peut aussi voir que, parallèlement, a lieu ce 17 février au Mexique une rencontre improbable et cocasse : celle du pape avec un groupe pop-rock latino-américain nommé “Siervas”, formé essentiellement de religieuses, qui va jouer pendant la messe.

“Siervas” (Les Servantes en français…du Seigneur évidemment !) a été créé par des soeurs du Pérou. Ses musiciennes et chanteuses sont 12 actuellement, originaires également d’Equateur, du Venezuela, d’Argentine, du Chili, mais aussi de Chine, du Japon et des Philippines. Le groupe a déjà enregistré cinq albums, et en Amérique latine, ses dernières prestations en concert font le “buzz” sur le site YouTube. Il était logique que le destin réunisse ces religieuses et le pape François, tous si populaires !


“Nous avons eu du mal à croire qu’en si peu de temps, tant de gens avaient regardé notre dernier concert sur YouTube”, a confié soeur Mónica, qui dirige l’ensemble. “Et puis, un prêtre mexicain qui avait vu la vidéo nous a envoyé un message simple : Venez au Mexique !”. Ce n’est pas le début d’une carrière pour “Siervas” – elle bat son plein – mais peut-être d’une idylle avec le Saint-Père !

Prochain article

monde

Football : un club turc de troisième division en pleine tourmente politique