DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Turquie attribue l'attentat d'Ankara aux Unités de Protection du peuple


Turquie

La Turquie attribue l'attentat d'Ankara aux Unités de Protection du peuple

La police turque affirme avoir identifié l’auteur de l’attentat à la voitre piégée qui a fait au minimum 28 victimes hier soir à Ankara.

Il s’agirait d’un Syrien âgé de 23 ans, entré récemment en Turquie. Il est présenté comme un proche des milices kurdes en Syrie, selon les médias officiels du pays.

Le chauffeur du véhicule aurait été identifié, grâce à ses empreintes digitales, retrouvées par la police scientifique.

Selon le Premier ministre, l’attentat aurait été commis par les Unités de protection du peuple, la branche armée du Parti de l’union démocratique kurde syrien.

Ahmet Davutoglu, Premier ministre turc :
“D’où viennent-ils, et comment se sont-ils organisés ? Je ne vais pas donner de détails maintenant, mais nous savons tout, et nous allons partager ces informations les autres pays.
Je vais donner l’ordre au ministère des Affaires étrangères aujourd’hui pour que toutes les informations soient distribués en priorité aux pays permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, et nous allons démontrer que les Unités de protection du peuple sont une organisation terroriste. Nous espérons une réelle solidarité.”

9 personnes ont été arrêtées à Ankara.

Hier le bus qui a explosé transportait des militaires turcs, à quelques mètres du Parlement.

Le président turc a promis une riposte militaire, en se basant sur la “légitime défense”. De nouveaux bombardements ont eu lieu cette nuit, quelques heures seulement après l’attentat, contre l’une des plus importantes bases arrières des rebelles kurdes dans les montagnes du nord de l’Irak, non loin de la frontière syrienne.

Et dans la matinée, un autre convoi militaire turc a été la cible d’une attaque dans le sud est du pays, faisant au moins 7 morts parmi les militaires.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Barack Obama bientôt en visite à Cuba