DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : la City a beaucoup à perdre

Plusieurs grandes banques envisagent de déplacer leurs activités en Europe continentale si Londres fait ses adieux à Bruxelles.

Vous lisez:

Brexit : la City a beaucoup à perdre

Taille du texte Aa Aa

Quel serait l’impact d’un Brexit sur le secteur bancaire ? Le monde des affaires s’interroge d’autant plus nerveusement, que la city de Londres est actuellement la première place financière d’Europe.

Le Royaume-Uni a beaucoup à perdre dans la mesure son économie est très dépendante de la planète finance. Le secteur emploie plus de 2 millions de personnes dans le pays. Il a généré près de 12 % du PIB en 2013 – données disponibles les plus récentes.

La City de Londres opère en adéquation avec les règles européennes, qui permettent aux groupes du secteur d’offrir des services financiers sur tout l’espace économique européen.

Une organisation étrangère, par exemple, une banque américaine, peut bénéficier de ce droit en ouvrant une filiale à Londres. Un laisser-passer qui disparaîtrait en cas de Brexit.

Problématique, pour les grandes banques. HSBC, par exemple, envisage déjà de transférer un millier de ses salariés à Paris.