DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Compromis européen pour éloigner le spectre du "Brexit", Cameron satisfait

Cet accord est censé éloigner le spectre d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Vous lisez:

Compromis européen pour éloigner le spectre du "Brexit", Cameron satisfait

Taille du texte Aa Aa

Un statut spécial pour le Royaume-Uni au sein de l’Union européenne. C’est ce que le Premier ministre britannique souhaitait, et c’est ce qu’il a obtenu ce vendredi soir à Bruxelles.

Point of view

La Grande-Bretagne sera définitivement en dehors d'une Union européenne toujours plus étroite, elle ne fera jamais partie d'un super Etat européen. Jamais elle ne rejoindra la zone euro.

Les 28 Etats membres sont tombés d’accord sur les demandes de réformes exigées par Londres pour envisager son maintien au sein de l’Union européenne.

David Cameron s’en est expliqué dans la soirée.

La Grande-Bretagne sera définitivement en dehors d’une Union européenne toujours plus étroite, elle ne fera jamais partie d’un super Etat européen. Il y aura de nouvelles restrictions dans l’accès à notre système de protection sociale pour les migrants européens. Il n’y aura plus rien sans quelque chose en échange. Jamais la Grande-Bretagne ne rejoindra la zone euro. Nous avons obtenu des protections pour notre économie et un droit de regard sur les règles du marché unique tout en restant en dehors de l’Euro.David Cameron

Des discussions marathon

C’est l‘épilogue d’un long marathon de négociations entamé à Bruxelles ce jeudi. Il y a eu les séances plénières et les discussions en petit comité.

Le projet d’accord a été remis aux 28 dans la soirée. Et il a donc été approuvé par tous.

Le défi du référendum

La perspective d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne semble s‘éloigner. Du moins provisoirement.

C’est fort de cet accord que David Cameron plaidera pour le maintien de son pays au sein de l’Union européenne. Les Britanniques s’exprimeront sur le sujet lors d’un référendum sans doute en juin prochain.

La grande question maintenant, c’est de savoir si le Premier ministre britannique parviendra à convaincre les électeurs qu’avec cet accord, ils ont effectivement intérêt à rester dans l’Union européenne. Pour David Cameron, cette tâche sera sans doute plus difficile encore que la conclusion de l’accord ici au sommet européen.Sandor Zsiros, correspondant d’euronews à Bruxelles