DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les insolites : une cafetière comme urne funéraire


monde

Les insolites : une cafetière comme urne funéraire

Chaque vendredi, les journalistes des différents services linguistiques d’euronews sélectionnent des informations en Europe et ailleurs dans le monde qui ne font pas forcément la une.

Une cafetière, urne funéraire de Renato Bialetti

Les cendres de Renato Bialetti, décédé la semaine dernière à 93 ans, ont été déposées dans une de ses célèbres cafetières à moka. C’est son père Alfonso, qui avait inventé en 1933 cette petite machine à expresso pour gazinière.

Ses funérailles se sont déroulées mardi 16 février à Casale Corte Cerro, dans le Piémont. Bénie par le prêtre, la “cafetière mortuaire” a ensuite été mise en terre dans la tombe familiale.


Poutine sous le maillot

Le milieu de terrain du Lokomotiv Moscou a nargué ses adversaires turcs en exhibant à la fin d’un match un T-shirt avec une photo du président russe. A la fin du 16e de finale aller d’Europa League remportée 2-0 par Fenerbahçe, Dmitry Tarasov a enlevé son maillot pour dévoiler l’effigie de Vladimir Poutine avec l’inscription en Russe : “le plus poli des présidents”. Cette formule fait référence aux soldats russes envoyés en Ukraine pour annexer la Crimée et présentés comme des « gens polis » par les Russes.

Les règles de l’UEFA interdisant toute propagande politique lors des matchs, le joueur risque une suspension.


Argentine: un dauphin tué par trop de selfies ?

Sur une plage de la province de Buenos Aires, des touristes ont sorti de l’eau un petit dauphin. S’en suit une série de selfies. L’animal serait mort de déshydratation. Les faits se sont déroulés le 10 février dernier, à la station balnéaire de Santa Teresita. L’histoire a beaucoup choqué. Mais vidéo à l’appui, un jeune présent lors des faits, affirme que l’animal était déjà mort lorsqu’il est arrivé sur le rivage.


Un centre d’accueil pour migrants LGBT à Berlin

Les réfugiés homosexuels et transsexuels pourront trouver refuge dans un centre spécialisé à Berlin. Sa mise en place est destinée à les protéger d‘éventuelles agressions de la part d’autres réfugiés. Alors que la cité allemande accueille environ 600 réfugiés par jour, elle compterait environ 3500 « migrants homosexuels, lesbiennes, bi et trans». Le centre baptisé “refuge” doit ouvrir en mars prochain.
Après Nuremberg, Berlin est la seconde ville allemande à prendre cette initiative. Jusqu‘à présent, l’essentiel du coût financier a été pris en charge par l’ONG LSVB, mais à l’avenir l’association espère que les autorités locales contribueront davantage au projet.


Sources:

La Stampa

www.clarin.com

taz.de

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Lyon : le cardinal Barbarin poussé à la démission ?