DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie: votée par le Sénat, l'union civile déçoit tant ses partisans que ses opposants

Les défenseurs du projet de loi sur l’union civile, notamment les associations de défense des droits des homosexuels, sont satisfaits d’avoir enfin

Vous lisez:

Italie: votée par le Sénat, l'union civile déçoit tant ses partisans que ses opposants

Taille du texte Aa Aa

Les défenseurs du projet de loi sur l’union civile, notamment les associations de défense des droits des homosexuels, sont satisfaits d’avoir enfin le droit de bénéficier d’un statut. En revanche, ils dénoncent un texte a minima. En particulier parce qu’il n’autorise pas l’adoption de l’enfant naturel du conjoint. Les opposants au texte, que
l’on trouve en nombre dans les milieux catholiques, estiment au contraire qu’il va trop loin. Parce qu’un couple signifie pour eux l’union entre un homme et une femme.

Dernier grand pays d’Europe occidentale à ne reconnaître aucun statut aux couples non mariés, qu’ils soient ou non homosexuels, l’Italie se dote finalement d’une loi autorisant ceux-ci à contracter une union civile. Non sans avoir auparavant été condamnée à plusieurs reprises par la Cour européenne des droits de l’homme pour son retard en la matière

Pari gagné donc pour la sénatrice Monica Cirinnà (Parti démocrate), même si son projet a dû faire des concessions à l’aile de la majorité la plus réticente sur ce sujet. Elle réussit en revanche là où une autre majorité de centre-gauche avait échoué, en 2007. Romano Prodi était alors président du Conseil. Il avait dû renoncer devant une forte mobilisation. Son projet était pourtant moins ambitieux que celui porté aujourd’hui, même si celui-ci est amoindri par rapport au texte initial. L’actuel chef du gouvernement, Matteo Renzi, faisait alors partie des opposants.

Le 22 janvier dernier, à la veille d’une manifestation en faveur de la loi, le pape François avait déclaré qu’il “ne pouvait pas y avoir de confusion entre la famille voulue par Dieu et tout autre type d’unions”. Un propos défendant on ne peut plus clairement le mariage hétérosexuel. L‘église italienne s’est toutefois constamment gardée de s’engager officiellement dans le camp des opposants.

Après le Sénat, le texte doit maintenant être examiné par les députés. Dans un contexte plus favorable pour le gouvernement.