DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Décryptage d'iPhone : Apple réplique au FBI dans l'affaire de San Bernardino


Etats-Unis

Décryptage d'iPhone : Apple réplique au FBI dans l'affaire de San Bernardino

Le bras de fer se poursuit entre Apple et le FBI. Le groupe informatique est monté au créneau ce jeudi en réclamant à la justice l’annulation d’une décision l’obligeant à fournir un logiciel capable de décrypter l’iPhone d’un des auteurs de l’attaque de San Bernardino. Dans son recours, la marque à la pomme estime que le gouvernement américain outrepasse son autorité.

Le PDG d’Apple Tim Cook voit dans cette requête une menace pour la vie privée de l’ensemble des clients du groupe. “Si nous connaissions un moyen d’obtenir l’information sur le téléphone que nous n’avons pas encore donnée, si nous connaissions un moyen de le faire qui n’exposerait pas des centaines de millions d’autres personnes, nous le ferions évidemment”, a déclaré récemment Tim Cook dans une rare interview télévisée.

Face à lui, le puissant patron du FBI James Comey, se pose en défenseur de la sécurité nationale. “J’aime la vie privée et quand j’entends des sociétés informatiques dire : on va vous conduire dans un monde où personne ne pourra fouiller dans vos affaires, eh bien une partie de moi pense que c’est super. Je souhaite que personne ne fouille dans mes affaires. Puis je réfléchis et me dis : la police, dont je fais partie, sauve des vies humaines, des enfants, assure une protection contre des terroristes. Nous procédons ainsi énormément grâce à des mandats de recherche dans des téléphones portables.”

Depuis plus de deux mois, le FBI cherche à obtenir les informations contenues dans l’iPhone de Syed Farook. Début décembre, cet Américain d’origine pakistanaise et sa femme Tashfeen Malik avaient ouvert le feu dans un centre de soins pour handicapés à San Bernardino, faisant 14 morts. Le couple, qui avait ensuite été abattu par la police, avait agi au nom de l’Etat islamique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Iran : ouverture des bureaux de vote, 55 millions d'électeurs attendus