DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quel Iran pour demain ? Forte affluence dans les bureaux de vote


Iran

Quel Iran pour demain ? Forte affluence dans les bureaux de vote

L’Iran traditionnel du guide suprême Ali Khamenei ou la détente avec l’Occident portée par le président modéré Hassan Rohani. Vote crucial ce vendredi en Iran. Car si les 55 millions d‘électeurs doivent renouveler le Parlement et l’Assemblée des experts, deux instances dominés par les conservateurs, il s’agit en fait de se prononcer pour ou contre la poursuite de la politique d’ouverture du président. A son actif : l’accord historique sur le nucléaire de 2015 et la levée des sanctions internationales.

Le président Rohani, élu en 2013, mise sur cette avancée majeure pour obtenir une majorité favorable au Parlement. Cela l’aiderait à mettre en place une politique de réformes économiques et sociales avant la fin de son mandat en 2017. Pour augmenter leurs chances, les réformateurs ont fait alliance avec les modérés dont certains peuvent être conservateurs en présentant une liste commune baptisée “Espoir”. Le chef de file de cette liste à Téhéran, Mohammad Reza Aref, a dit au micro d’euronews espérer que “l‘épopée de 2013 (l‘élection de Rohani) se répétera.”

Face à eux, une grande coalition des conservateurs qui, en adéquation avec la ligne du guide suprême, s’inquiètent d’un risque d’“infiltration” étrangère en Iran. Les anciens présidents Mohammad Khatami (réformateur) et Akbar Hachemi Rafsandjani (modéré) ont appelé à voter massivement pour les candidats pro-Rohani et ainsi barrer la route “à l’extrémisme”.

A l’Assemblée des experts, les réformateurs espèrent que ses figures les plus conservatrices seront battues, ce qui serait une victoire majeure pour eux. Car cette Assemblée, élue pour huit ans, pourrait être amenée à désigner le successeur de l’ayatollah Khamenei, âgé de 76 ans.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Législatives incertaines en Irlande