DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le "Super Tuesday", mode d'emploi


monde

Le "Super Tuesday", mode d'emploi

Pourquoi un “Super Tuesday” ?

C’est la date la plus décisive des primaires américaines et elle tombe cette année le mardi 1er mars. Ce mardi, les électeurs d’une douzaine d’Etats et de territoires américains désigneront leurs délégués en fonction du candidat à la présidentielle qu’ils soutiennent dans chaque camp. L’enjeu est crucial pour les Républicains comme pour les Démocrates, car c’est le seul moment des primaires où un groupe d’Etats votent en même temps, faisant massivement pencher la balance.

La tendance se traduira ensuite par la confirmation du favori de chaque camp durant les Conventions des deux grands partis en juillet. Puis les finalistes s’affronteront lors de la présidentielle le 8 novembre.

Selon les Etats, le système de désignation des délégués varie. Certains optent pour la primaire, un scrutin classique, d’autres pour le caucus, un ensemble d’assemblées citoyennes où les participants se réunissent pour faire leur choix.

D’après CBSNews, ce sont la moitié des 1 237 délégués nécessaires pour la nomination qui seront choisis côté républicain lors du “Super Tuesday”. Côté démocrate, 865 délégués seront désignés, un tiers du nombre nécessaire.

Où vote-t-on ?

Les deux partis tiendront des primaires ou des caucus dans les Etats suivants : Alabama, Arkansas, Colorado, Géorgie, Massachusetts, Minnesota, Oklahoma, Tennessee, Texas, Vermont et Virginie.

Les Républicains tiendront également des caucus en Alaska, dans le Dakota du Nord et le Wyoming, et les Démocrates dans les Samoa américaines, un territoire d’outre-mer.

Quelle est la tendance ?

Côté républicain

Donald Trump, déjà en tête, a une grosse longueur d’avance dans les sondages en Virginie, en Géorgie et dans l’Oklahoma notamment. Pour rester dans la course, ses rivaux devraient obtenir de très gros scores.

Ted Cruz, qui représente le Texas au Sénat américain, devra l’emporter haut la main chez lui pour ne pas être évincé. Quant à Marco Rubio, le candidat favori de la direction du parti républicain, s’il ne rattrape pas son retard ce mardi, il devra certainement jeter l‘éponge. Bon dernier, le gouverneur de l’Ohio John Kasich tentera de sauver les meubles ce mardi pour tenir le coup jusqu‘à la primaire du Michigan le 8 mars, primaire pour laquelle il est donné favori.

Côté démocrate

Hillary Clinton, qui mène actuellement une course très serrée avec son rival Bernie Sanders, pourrait le distancer lors du “Super Tuesday”. Les sondages donnent à l’ancienne secrétaire d’Etat une avance en Géorgie et au Texas, deux Etats qui comptent respectivement 102 et 222 délégués démocrates.

Pour pouvoir maintenir le cap, le sénateur du Vermont devra remporter de grands Etats. Or Bernie Sanders est pour l’instant seulement donné favori chez lui, le Vermont étant un petit Etat avec seulement 26 délégués. Sa grande difficulté, c’est aussi que le vote des Afro-Américains se porte plutôt sur Hillary Clinton, comme cela a été le cas en Caroline du Sud.

Quelle est la situation actuelle ?

Voyez notre infographie

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ces mèmes sur Leonardo DiCaprio et les Oscars que vous ne verrez plus