DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Espagne: Pedro Sánchez à la recherche d'une majorité au Parlement


Espagne

Espagne: Pedro Sánchez à la recherche d'une majorité au Parlement

Le grand oral de Pedro Sánchez devant les députés espagnols. Le chef du Parti socialiste doit obtenir la confiance sur son programme pour former un gouvernement, un pari presque impossible, en l’absence d’alliés.

Pour lever le blocage des institutions, il appelle les groupes parlementaires à trouver un accord : “Je vous demande la confiance pour construire un gouvernement de changement, je vous propose de présider un gouvernement sur deux principes, le bien général et le bon sens car l’Espagne a besoin d’urgence d’un gouvernement, d’un changement et d’un accord politique pour produire ce changement.”

Mariano Rajoy, le chef du gouvernement sortant, a d’ores et déjà annoncé que les députés du Parti populaire voteraient contre lui.

Le Parti socialiste a pour l’heure seulement l’appui des centristes de Ciudadanos. Mais ses 90 élus et les 40 du parti libéral ne lui suffisent pas pour être investi. Tout semble reposer sur Podemos (65 députés) et ses alliés régionaux. Mais le parti de la gauche radicale exclut de l’aider. Les chances de Pedro Sánchez d’obtenir des soutiens de dernière minute sont minces.

Faute d’investiture à la majorité absolue, (soit 176 votes) lors d’un vote attendu mercredi soir, Pedro Sánchez a droit à un second tour, vendredi. Là, il garde un espoir d‘être investi à la majorité simple si Podemos et des élus indépendantistes acceptent de s’abstenir.

Si Pedro Sánchez échoue, s’ouvre une période de deux mois au cours de laquelle d’autres négociations entre partis sont encore possibles et, en cas d‘échec, de nouvelles élections seront organisées, en principe le 26 juin, avec des résultats qui risqueraient d‘être assez semblables à ceux du 20 décembre.

Sans un fragile gouvernement de Pedro Sánchez , l’Espagne s’enfoncerait encore dans l’incertitude pour plusieurs mois.

avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Frontière gréco-macédonienne : la frustration continue de monter, aggravée par les conditions climatiques