DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Corée du nord : le Conseil de sécurité des Nations unies renforce ces sanctions


Corée du Nord

Corée du nord : le Conseil de sécurité des Nations unies renforce ces sanctions

La Corée du Nord de nouveau sanctionnée par la communauté internationale.

Ce mercredi le Conseil de sécurité des nations unies a imposé une nouvelle série de lourdes sanctions contre Pypongyang en représaille après les derniers essais nucléaires et balistiques lancés par le régime communiste.
La Chine, principal partenaire de Pypongyang a soutenu cette résolution qui a été adoptée à l’unanimité.

Mais personne n’est dupe, comme l’a rappelé l’ambassadrice américaine aux Nations unies :
Même si le développement des armes nucléaires en Corée du Nord “a sans aucun doute été rendu plus difficile”, a-t-elle déclaré, le régime continue à s’entêter, comme il l’a démontré ces deux derniers mois.”

Toute la question est de savoir si la Chine appliquera ces nouvelles sanctions contre le régime de Kim Jong Un. Sur le papier les sanctions renforcent l’embargo sur les armes et impose de nouvelles sanctions commerciales. Objectif : limiter la capacité du pays à financer son programme militaire.
La Chine a fait savoir qu’elle respecterait scrupuleusement ce nouveau régime de sanctions.

Les principaux points de la résolution de l’ONU

RENFORCEMENT DE l’EMBARGO SUR LES ARMES – interdiction de vendre à Pyongyang des armes conventionnelles de petit calibre et tout équipement à usage double, civil et militaire, pouvant être utilisé par les forces armées, comme des camions. – interdiction de coopérer en matière policière et militaire, notamment l’entraînement par la Corée du Nord de forces de sécurité en Afrique qui lui rapporte des devises pouvant financer sa course aux armements.

LISTE NOIRE DE L’ONU ALLONGEE: – 16 individus et 12 entités —dont l’agence aérospatiale nord-coréenne NADA— ajoutés à la liste noire de ceux soupçonnés de contribuer aux programmes militaires nord-coréens et sanctionnés. – expulsion automatique des diplomates nord-coréens se livrant à des “activités illicites”.

INSPECTION ET INTERDICTIONS NAVALES – inspection systématique de toutes les cargaisons en provenance ou à destination de la Corée du Nord sur les territoires des pays membres de l’ONU, y compris les eaux territoriales, aéroports, ports et zones franches. – interdiction de louer des navires et des avions à la Corée du Nord, ou d’affréter des navires pour le compte de Pyongyang. L’ONU peut autoriser certaines exemptions sur demande. – interdiction de tout vol en direction de la Corée du Nord qui pourrait transporter des produits de contrebande. – interdiction d’accoster dans un port pour tout navire soupçonné de transporter des produits illicites pour la Corée du Nord. – la résolution dresse une liste noire de 31 navires affrétés par la compagnie maritime nord-coréenne Ocean Maritime Management, elle-même frappée de sanctions. Ils sont identifiés par leur matricule maritime pour empêcher de les renommer ou de les enregistrer sous pavillon de complaisance.

INTERDICTION DE CERTAINES EXPORTATIONS – interdiction à la Corée du Nord d’exporter charbon, fer et minerai de fer, sauf si ces ventes servent à satisfaire les besoins essentiels de la population et ne génèrent pas de revenus pouvant profiter aux programmes nucléaire et balistique. – interdiction d’exporter des métaux précieux de Corée du Nord (or, titane, vanadium, terres rares). – interdiction de vendre à Pyongyang du carburant pour l’aviation, en particulier pour fusées, sauf exemption à des fins humanitaires ou pour des vols commerciaux desservant la Corée du Nord. RENFORCEMENT DES SANCTIONS FINANCIERES ET BANCAIRES – extension d’un gel des avoirs détenus à l‘étranger par le gouvernement et le parti au pouvoir. – les Etats ont désormais l’obligation d’interdire l’ouverture de nouvelles succursales de banques nord-coréennes. Ils doivent aussi fermer dans les 90 jours les succursales existantes s’ils les soupçonnent d’alimenter les programmes militaires de Pyongyang. PRODUITS DE LUXE La résolution ajoute les montres de luxe, les embarcations de loisirs, les jet-skis et certains équipements sportifs à la liste des produits que les dignitaires du régime ne doivent plus pouvoir se procurer.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Primaires américaines: des New Yorkais insatisfaits et dans l'attente