DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Shakespeare et la musique

Vous lisez:

Shakespeare et la musique

Taille du texte Aa Aa

Shakespeare est partout dans l’art lyrique. Plus de trois cents opéras lui sont liés de près ou de loin. Julie Sanders, professeur à l’Université de

Shakespeare est partout dans l’art lyrique. Plus de trois cents opéras lui sont liés de près ou de loin. Julie Sanders, professeur à l’Université de Newcastle, nous explique pourquoi le “Barde de Stratford” a autant inspiré les compositeurs au fil des siècles.

“L’influence de Shakespeare sur la musique a commencé quasiment dès que ses pièces ont été jouées dans le Londres du début de l‘époque moderne : donc du XVIIème siècle à aujourd’hui, on a des exemples de travaux dans toutes sortes de genres musicaux qui ont un lien avec ses pièces et sa poésie, souligne-t-elle avant d’ajouter : Je n’aime pas réduire les choses à ce que Shakespeare apporte aux compositeurs et aux créateurs, mais plutôt voir ce qu’ils lui rendent parce que leurs oeuvres sont immensément créatives en tant que telles. Au XVIIème siècle par exemple, “The Fairy Queen” d’Henry Purcell transforme le “Songe d’une nuit d‘été” par la danse, la musique, la chanson et le récitatif,” indique cette spécialiste de Shakespeare.

“Il y a les grands opéras comme ceux de Verdi : “Macbetto”, “Otello” qui sont juste spectaculaires en tant que tels, dit-elle. En effet, ce sont des interprétations critiques des pièces de Shakespeare par le biais d’un autre vecteur comme la chanson, la danse et la musique et c’est comme cela que je préfère voir ce genre d’oeuvres, indique Julie Sanders. “Bien sûr au XXème siècle, a émergé un autre type d’opéra, plus intime, plus avant-garde peut-être avec quelqu’un comme Benjamin Britten et le “Songe d’une nuit d‘été”, fait-elle remarquer. “Mais alors, on commence à voir comment toutes ces adaptations des oeuvres de Shakespeare se répondent aussi les unes les autres : je parlerais de “Shakespeares musicaux” en dialogue les uns avec les autres, ils se répondent autant qu’ils répondent aux oeuvres de Shakespeare,” insiste-t-elle.

“Qu’est-ce qui rend Shakespeare contemporain ? Je crois que Shakespeare de son temps essayait d’explorer les grandes questions du moment : le théâtre – à l‘époque où il écrivait pour lui – n‘était pas dans le centre de Londres, mais en périphérie, les pièces étaient assez radicales, elles interrogeaient le monde, raconte la professeure d’université. Donc il y avait une démarche politique chez lui : il utilisait la scène comme espace de débat et c’est en ce sens qu’on peut se sentir proche de lui parce qu’il a abordé des questions qui sont pertinentes aujourd’hui sur les notions de race, d’ethnie et d’identité, mais aussi sur le pouvoir, la monarchie, l’Etat, affirme-t-elle. Donc il y a des parallèles et c’est pour cela que les adaptations montrent encore plus la valeur exceptionnelle du canon shakespearien,” conclut-elle.