DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sharapova, un cas isolé ?


Sport

Sharapova, un cas isolé ?

Maria Sharapova sur un court de tennis, ce n’est plus d’actualité jusqu‘à nouvel ordre.

L’ex-numéro 1 mondiale a été contrôlée positive au meldonium, un médicament qui vient d‘être interdit par l’Agence mondiale antidopage.

Ce produit est fabriqué en Lettonie et essentiellement utilisé dans les pays de l’Est, notamment pour lutter contre le diabète.

On en a retrouvé des traces dans les organismes de plusieurs sportifs russes, comme le volleyeur Alexander Markin ou les patineurs Pavel Kulizhnikov et Semen Yelistratov.

Craig Reedie est le président de l’AMA, l’Agence mondiale antidopage : “Je pense qu’on pourrait difficilement décrire cela comme la partie émergée de l’iceberg, parce que j’ai le sentiment que nous avons détecté la plupart des cas positifs. Il semblerait que ce soit un médicament très utilisé dans cette partie du monde, mais les fautifs sont attrapés, donc le système fonctionne.”

Pour sa défense, Maria Sharapova a expliqué qu’elle prenait du meldonium depuis 2006.

Et qu’elle n‘était pas au courant qu’il avait été placé sur la liste des produits prohibés le 1er janvier dernier.

Une explication qui n’a pas convaincu Dick Pound, l’ancien président de l’AMA.

Dick Pound : “En fait, une des questions qui devra être traitée, c’est que ce produit ne doit pas être utilisé à des fins thérapeutiques sur du long terme. Vous pouvez en faire une cure pendant quelques semaines, voire quelques mois, mais pas pendant dix ans de suite.”

Contrôlée positive fin janvier pendant l’Open d’Australie, Maria Sharapova a été suspendue à titre provisoire par la Fédération internationale de tennis, le temps de la procédure.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Sport

Cricket : le Bangladesh vient à bout des Pays-Bas