Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Athènes tente de convaincre les réfugiés d'Idomeni de quitter le camp

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, Reuters
Athènes tente de convaincre les réfugiés d'Idomeni de quitter le camp

<p>Au camp de réfugiés d’Idomeni, à la frontière gréco-macédonienne, c’est souvent la loi de la jungle. En témoigne une scène de distribution de chaussettes et de chaussures ce vendredi par une <span class="caps">ONG</span> qui a donné lieu à une foire d’empoigne. Quelque 14 000 personnes sont entassées ici dans le froid et la boue depuis la fermeture de la route des Balkans mercredi.</p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Les réfugiés d'Idomeni dans un état de santé de plus en plus "critique" <a href="https://t.co/U6TRoH4yxC">https://t.co/U6TRoH4yxC</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/AFP?src=hash">#AFP</a> <a href="https://t.co/edcQxwWXR5">pic.twitter.com/edcQxwWXR5</a></p>— Agence France-Presse (@afpfr) <a href="https://twitter.com/afpfr/status/708191000557002752">11 mars 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/instantan%C3%A9?src=hash">#instantané</a> 14.000 migrants coincés au camp d'Idomeni à la frontière gréco-macédonienne <a href="https://twitter.com/hashtag/AFP?src=hash">#AFP</a> <a href="https://t.co/MrzH8Rd1ky">pic.twitter.com/MrzH8Rd1ky</a></p>— Agence France-Presse (@afpfr) <a href="https://twitter.com/afpfr/status/708627870604636160">12 mars 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>“Certains ont reçu quatre ou cinq paires de chaussures et d’autres n’ont rien eu, témoigne un réfugié. Et les gens se sont battus pour en obtenir. Pour la nourriture aussi, il y a eu de la bagarre.”</p> <p>Les autorités grecques distribuent aux populations des documents expliquant en plusieurs langues que la frontière avec la Macédoine est fermée et qu’une relocalisation dans des camps aux conditions plus décentes est possible. Les tracts prient également les réfugiés de coopérer avec la police. </p> <p>Pour l’instant, seules 400 personnes ont quitté volontairement Idomeni pour se rendre dans des centres d’accueil avoisinants.</p>