DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Donald Trump menaçant à l'égard des perturbateurs durant ses meetings


Etats-Unis

Donald Trump menaçant à l'égard des perturbateurs durant ses meetings

Après Chicago, c’est à Dayton que Donald Trump a été chahuté par un manifestant.

Alos qu’il battait campagne en bordure de la piste de l’aéroport de cette ville de l’Ohio, où l’attendaient des milliers de partisans, le candidat à la primaire républicaine a été interrompu dans son discours par un homme qui a tenté de monter sur scène.
Un homme “lié au groupe Etat islamique”, a twitté plus tard le milliardaire.

Lors d’un nouveau meeting à Kansas City, il s’est montré menaçant à l‘égard des trublions de ces derniers jours :

“Je ne veux pas détruire la vie des gens. Mais la seule façon d’arrêter cette folie, c’est de porter plainte. Parce qu‘à ce moment-là, leurs vies vont être ruinées. Ils vont voir ce que c’est. Donc, je vais vous dire, les gars, à partir de maintenant, si vous faites quoi que ce soit, nous portons plainte, d’accord?”

Alors que la campagne de Donal Trump est par ailleurs émaillée d’insultes envers ses adversaires, et pas seulement, le président Barack Obama a appelé ce samedi les candidats en lice pour la Maison Blanche à rejeter les “les railleries de cour d‘école”.

“L’affreuse rhétorique de la division de Donald Trump et l’encouragement à la violence et à l’agression, a renchéri Hillary Clinton, ne sont pas seulement mauvais, mais dangereux. Si vous jouez avec le feu, vous allez causer un incendie incontrôlable. Cela ne s’appelle pas gouverner. C’est jouer au pyromane politique. Le leadership et la citoyenneté, c’est le contraire : s’opposer au sectarisme, condamner la violence, tenir tête aux brutes.”

Ce mardi sera un nouveau “Super Tuesday” aux Etats-Unis. Cinq grands Etats (Floride, Illinois, Missouri, Ohio, Caroline du Nord) voteront pour les primaires.

Avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : le régime exclut de discuter du sort d'Assas à Genève