DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vladimir Poutine ordonne le retrait des forces russes de Syrie

C’est ce qu’on appelle, un coup de théâtre : le président russe Vladimir Poutine a ordonné le retrait de la majeure partie du contingent militaire

Vous lisez:

Vladimir Poutine ordonne le retrait des forces russes de Syrie

Taille du texte Aa Aa

C’est ce qu’on appelle, un coup de théâtre : le président russe Vladimir Poutine a ordonné le retrait de la majeure partie du contingent militaire déployé en Syrie depuis le 30 septembre.

Selon lui, les milliers de raids aériens auraient permis à l’armée syrienne de reprendre l’avantage sur le terrain.

Vladimir Poutine, président russe: “La tâche qui avait été demandée à notre ministère de la Défense a été globalement accomplie et j’ordonne au ministère d’entamer à partir de demain (mardi) le retrait de la majeure partie de nos contingents militaires de la République syrienne.”

Cette annonce surprise intervient au moment où ont repris à Genève de nouvelles négociations entre le gouvernement syrien et l’opposition.

Moscou a déployé plus d’une cinquantaine d’avions de combat, et des troupes.

Les Etats-Unis n’ont pas observé pour l’instant de retrait effectif des forces russes.

Ce retrait militaire russe de Syrie s’explique par la volonté de Moscou de promouvoir un règlement politique du conflit, a affirmé lundi l’ambassadeur russe à l’ONU Vitali Tchourkine. Il s’agit “d’intensifier nos efforts pour aboutir à un règlement politique en Syrie”, a-t-il expliqué à des journalistes.

L’opposition syrienne, elle, a salué sur le principe l’annonce du retrait du gros des forces russes de Syrie, tout en déclarant attendre d’en voir les effets sur le terrain.

“Nous devons vérifier la nature de cette décision et sa signification”, a déclaré à la presse à Genève Salem al-Meslet, porte-parole de la délégation du Haut comité des négociations (HCN), rassemblant les groupes clés de l’opposition. “S’il y a une décision de retirer les forces (russes), il s’agit d’une décision positive, et nous le verrons sur le terrain”, a-t-il dit. Mais “cette décision signifie-telle un retrait des forces ou une simple réduction du nombre des avions, cela reste à vérifier”, a poursuivi le porte-parole.