DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Bruxelles : les policiers antiterroristes accueillis à la kalachnikov lors d'une perquisition


Belgique

Bruxelles : les policiers antiterroristes accueillis à la kalachnikov lors d'une perquisition

Un homme qui avait ouvert le feu sur la police à la kalachnikov a été abattu à Bruxelles.

L’incident a eu lieu au cours d’une perquisition qui s’est transformée en un échange de tirs nourris entre la police et plusieurs suspects lourdements armés. Quatre policiers, dont une fonctionnaire française, ont été légèrement blessés.

L’opération de police franco belge s’est déroulée dans le sud de Bruxelles, dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Paris de novembre dernier.

“Ils nous ont demandé de sortir du véhicule parce que la police avait bloqué la rue de Neerstalle” raconte Ayoub Kemoussi, un jeune homme qui habite le quartier. “Nous sommes descendus, nous avons marché et nous avons entendu deux coups de feu à proximité de l‘église et donc de l‘école. J’ai entendu que c‘était deux femmes.”

Les écoles du quartier n’ont rouvert leurs portes qu‘à la fin des échanges de feu. Pendant toute la durée de l’opération, les enfants y sont restés enfermés par mesure de protection.

En début de soirée, les médias locaux évoquaient deux suspects ayant pris la fuite et recherchés par la police belge.

“C’est à quelques centaines de mètres que le terroriste a ouvert le feu sur la police à l’arme automatique” dit le correspondant à Bruxelles d’Euronews Sandor Zsiros. “Et malgré tout, les rues et les cafés du quartier ne sont pas déserts même si la tension est palpable dans la capitale belge.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Crise des réfugiés : la Grèce atteint ses limites