Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Retrait militaire russe de Syrie : réactions à Damas, Téhéran et Dubaï

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec agences
Retrait militaire russe de Syrie : réactions à Damas, Téhéran et Dubaï

<p>Comment le retrait militaire russe de Syrie est-il perçu à Damas ? Pour ceux, nombreux, qui soutiennent Bachar al-Assad, cette décision de Vladimir Poutine n’est pas forcément très bien perçue. Un peu comme une forme d’abandon.<br /> Mais en même temps, on sait que Moscou reste un allié précieux et fidèle.</p> <p>“<em>Ce retrait signifie bien que la présence russe en Syrie relève de la sympathie et non pas de l’hégémonie</em>“ <strong>Abdulmajed, habitant de Damas</strong></p> <p>“<em>Les Russes sont des gens en qui on peut avoir confiance. S’ils décident de réduire leurs forces déployées ici, c’est qu’ils considèrent que la situation le justifie.</em>“ <strong>Samar, habitante de Damas</strong></p> <h3>L’avis de spécialistes en géopolitique</h3> <p>Hossein Royvaran est expert iranien sur les affaires du Moyen-Orient, installé à Téhéran. Il fait le lien entre la décision russe et la tenue des négociations actuellement à Genève. </p> <p>“Si ces négociations échouent, dit-il, alors je pense que la Russie reviendra en Syrie. Si le cessez-le-feu n’est pas respecté, s’il est violé par différents groupes armés, alors les autorités syriennes n’auront d’autres choix que de reprendre leurs opérations militaires, et la Russie y sera associée d’une manière ou d’une autre._” <strong>Hossein Royvaran, analyste</strong></p> <p>Theodore Karasik est chercheur, spécialiste en géopolitique, installé à Dubaï aux Emirats arabes unis. Il estime pour sa part que le retrait russe met la pression sur le régime de Bachar al-Assad.</p> <p>“<em>Je pense que cette initiative de Moscou est importante pour l’avenir de Bachar al-Assad et ses alliés, car cela les oblige à s’impliquer dans les négociations. C’est un peu comme si le grand frère tirait l’oreille de son petit frère en lui disant ce qu’il doit faire.</em>“ <strong>Theodore Karasik, analyste</strong></p> <h3>Des violences depuis 5 ans</h3> <p>Le conflit syrien est entré dans sa 6ème année. Il met aux prises l’armée de Bachar al-Assad, des mouvements rebelles, des groupes djiihadistes, des militants kurdes, chacun recevant le soutien d’acteurs régionaux et internationaux.<br /> En 5 ans, les violences ont fait plus de 270 000 morts.</p>