DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le groupe Etat islamique commet des "génocides", d'après les Etats-Unis


Etats-Unis

Le groupe Etat islamique commet des "génocides", d'après les Etats-Unis

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Les Etats-Unis estiment que les massacres perpétrés par le groupe Etat islamique contre les minorités chrétienne, yazidi et chiite sont des “génocides”.

Ces crimes devront être jugés un jour par un tribunal international, promet Washington qui assure tout faire pour appuyer enquêtes et poursuites.

John Kerry, secrétaire d’Etat américain: “Le groupe Etat Islamique affirme lui-même qu’il commet des génocides, des faits confirmés par son idéologie et par ses actions, par ce qu’il dit, par ce qu’il croit et ce qu’il fait. Daesh est aussi responsable de crimes contre l’humanité et de nettoyage ethnique contre ces mêmes groupes, et dans certains cas contre d’autres musulmans sunnites, contre les Kurdes et d’autres minorités. Nous devons juger les auteurs et nous devons trouver les moyens pour aider les personnes lésées par ces atrocités à survivre sur leurs terres ancestrales. Nommer ces crimes est important, mais ce qui est essentiel est de les arrêter.”

Un génocide est un crime selon les règles internationales. Mais le recensement précis des exactions du groupe Etat islamique reste très complexe.

Des milliers de femmes et de filles yazidies auraient été vendues aux enchères. Des chrétiens auraient été massacrés dans le nord de l’Irak, et des femmes revendues en Libye.

Enfin, John Kerry a également cité les meurtres de centaines de chiites turkmènes, une minorité d’Irak, et a accusé le groupe EI de détruire systématiquement l’héritage culturel de communautés anciennes.

Sur le terrain, les forces locales auraient repris 40% des territoires contrôlés par le groupe terroriste en Irak, et 20% en Syrie.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : les dirigeants kurdes proclament une région fédérale