DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Attentats de Bruxelles : une attaque contre la Belgique et l'UE


Belgique

Attentats de Bruxelles : une attaque contre la Belgique et l'UE

Quelques heures après les attentats de Bruxelles, Euronews a interrogé Graham Watson, l’ancien dirigeant des libéraux européens et ancien député européen.

Euronews:
« Quelle a été votre première réaction lorsque vous avez appris la nouvelle ? »

Graham Watson:
« Pour être honnête ma première pensée était pour mon épouse qui avait quitté l’aéroport de Bruxelles une demi-heure avant les explosions. Mais bien sûr c’est une attaque majeure non seulement contre l’État belge mais aussi contre les institutions européennes. Cela s’est produit à un jet de pierre du siège de l’OTAN, de la Commission européenne, du Parlement européen et dans le cas de la bombe dans le métro juste à côté d’un ministère belge. »

Euronews:
« Quand vous étiez député européen vous avez participé à l‘élaboration de règles juridiques. Comment l’Europe doit répondre, car la question est de trouver le bon équilibre entre droits fondamentaux et lutte contre le terrorisme. C’est en fait toujours la même question? »

Graham Watson:
« C’est une question importante et il faut trouver le bon équilibre. Lorsque je présidais la commission Justice et Affaires intérieures du Parlement, j’ai travaillé au moment du 11 septembre sur un rapport qui soulignait ce que nous devions faire contre le terrorisme. Nous appelions les gouvernements à travailler ensemble et à partager leurs informations. Il y a eu de nombreux progrès en la matière mais vous seriez surpris de constater combien de gouvernements gardaient jalousement ce genre d’information. Nous pourrions faire beaucoup plus en matière de renseignement, de coopération judiciaire et policière pour essayer de protéger plus efficacement nos concitoyens. »

Euronews:
« Je me demande cependant si cela va assez loin, des voix disent que nous devrions concéder certaines de nos libertés pour combattre le terrorisme. Dans les aéroports américains on observe que les mesures de sécurité sont plus lourdes qu’en Europe. Si vous prenez le train en Israël vous passez à travers un scanner et d’autres vérifications avant de pouvoir monter dans le train. Je me demande donc s’il ne faut pas revoir un peu notre évaluation ? »

Graham Watson:
« Je pense que si vous regardez les discussions gouvernementales à l‘échelle européenne, ce que le Parlement européen envisage sur les contrôles frontaliers qui entreront en vigueur autour de l’espace Schengen, vous verrez que c’est en train de se produire. Il y a beaucoup plus de contrôles automatiques aux frontières désormais. Mais il faut trouver l‘équilibre, l‘équilibre entre la liberté de circulation des citoyens et le droit de vivre dans une société libre tout en assurant le maximum de protection aux personnes contre le terrorisme. »

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Des kamikazes sèment l'horreur à l'aéroport de Zaventem