DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Opération Mossoul : dans les pas des forces irakiennes, face aux cadavres de Daech

Embarquer avec l’armé irakienne et partir pour rejoindre les opérations de libération de la province de Ninive, c’est ce qu’ont fait notre envoyé

Vous lisez:

Opération Mossoul : dans les pas des forces irakiennes, face aux cadavres de Daech

Taille du texte Aa Aa

Embarquer avec l’armé irakienne et partir pour rejoindre les opérations de libération de la province de Ninive, c’est ce qu’ont fait notre envoyé spécial Mohammed Shaikhibrahim et son cameraman.

Quittant la base des Peshmergas et de l’armée irakienne, le convoi passe le rempart érigé pour prévenir ce quartier général des attaques de voitures kamikazes.

Une fois passé, le convoi entre dans une zone où Daech peut donc surgir à tout moment.

La nuit dernière, après ce tournage, trois voitures piégées ont explosé près de ce même point de passage…

Au bout d’une heure, le convoi est donc arrivé près du petit village de Khurbardan, libéré depuis peu. Ses habitants ont trouvé refuge à Makhmour.

Ici s’offrent alors la vision de maisons détruites et de corps de jihadistes kamikazes…

Avant d’entrer dans ce village désert, notre équipe de tournage a pu passer un peu de temps avec des officiers qui racontent comment la libération du village s’est déroulée, l’attaque, la riposte :

“Nous avons été attaqués par des tirs d’obus de mortier, et j’ai été blessé à la main, mais j’ai décidé de rester ici sur le terrain et de continuer à me battre, j’ai refusé de partir pour aller me faire soigner pendant quelques jours, je resterai jusqu‘à ce que nous parvenions à une victoire complète”, raconte un soldat irakien.
“Nous avons libéré ce village après de violents affrontements avec Daech, ils ont eu beaucoup de pertes humaines et matérielles. Leurs cadavres sont éparpillés entre les maisons. On a réussi à tuer une partie des kamikazes avant même qu’ils se fassent exploser et d’autres pendant qu’ils se faisaient exploser”, explique le major Amar Kareem.

Dans la mosquée du village, les traces de sang d’un kamikaze qui s’est fait exploser… Blessé à l’extérieur par les soldats, il a réussi à se réfugier dans la mosquée pour déclencher sa ceinture d’explosifs.

Ces kamikazes surgissaient de tunnels creusés sous le village… Ils sont partout, un véritable réseau qui permet de passer d’une maison à une autre. Les forces irakiennes nous ont raconté que les jihadistes de Daech avaient forcé leurs otages, des prisonniers, des habitants du village à creuser ces tunnels.

Ici, il faut à présent marcher avec précaution et suivre les pas de notre guide, le terrain est miné. Le village n’est pas encore entièrement nettoyé de ses mines anti-personnelles, loin de là…

Ce soldat irakien nous explique qu’ils ont été pris sous le feu des jihadistes, tirs de mitraillette, de roquettes… Celle-ci a atteint le sol sans exploser.

Non loin du village, les combats se poursuivent, un panache de fumée fend le ciel, une bombe ou une frappe…

Les jihadistes d’Etat islamique semblent bien reculer, mais ils se déplacent par petits groupes pour éviter de se faire bombarder par les forces de la coalition internationale.

Cette guerre, n’est pas une guerre au sens classique du terme, nous sommes plus face à une guérilla.

Et notre envoyé spécial Mohammed Shaikhibrahim de conclure, “Drapeaux et cadavres, c’est tout ce que les jihadistes de Daech ont laissé derrière eux ici…Les forces irakiennes ont réussi à libérer plusieurs villages comme celui-ci après des batailles féroces, et l’armée continue ses opérations de reconquête en espérant atteindre Mossoul et la libérer…”