DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Importants combats dans le Haut-Karabagh, nombreux morts

D'un côté, les troupes d'Azerbaïdjan, de l'autre les forces séparatistes soutenues par l'Arménie. Chaque camp accuse l'autre d'être à l'origine de cette flambée de violence dans l'enclave sép

Vous lisez:

Importants combats dans le Haut-Karabagh, nombreux morts

Taille du texte Aa Aa

De violents combats ont débuté dans la nuit de vendredi à samedi dans le Haut-Karabakh, cette région autonomiste du Caucase. D’un côté, les troupes d’Azerbaïdjan, de l’autre les forces séparatistes soutenues par l’Arménie.

“Au moins 12 de nos soldats ont trouvé la mort”, reconnaissent les autorités azerbaïdjanaises, qui ajoutent avoir tué dans le même temps plus de cent militaires arméniens. Ce que démentent les dirigeants arméniens.

Il y aurait aussi des victimes civiles, sans que des sources indépendantes puissent préciser le bilan.

Chaque camp accuse l’autre d‘être à l’origine de cette flambée de violence.

>> Le point de vue de l’Azerbaïdjan

>> Le point de vue de l’Arménie

Depuis Moscou, le président russe Vladimir Poutine a appelé à un cessez-le-feu immédiat.

Un “conflit gelé” depuis les années 90

Le Haut-Karabakh, appelé également Nagorny Karabakh, est située en territoire azerbaïdjanais. Peuplée majoritairement d’Arméniens, cette région a fait sécession au début des années 1990. Mais quasiment personne ne reconnaît l’indépendance de ce territoire.
La guerre qui a opposé les séparatistes aux forces d’Azerbaïdjan a fait alors près de 30 000 morts.
Un cessez-le-feu a été instauré en 1994, mais il est très peu respecté.

Pour aller plus loin

>> “Etat de guerre permanent dans le Haut-Karabakh“, article paru en 2012 dans Le Monde diplomatique, à lire ici

>> “Haut-karabakh. La république autoproclamée fête ses 25 ans de lutte pour l’indépendance“, article apru en 2013 dans Courrier international, à lire ici

>> “Le conflit gelé du Nagorno-Karabakh. L’incompatibilité des principes d’intégrité territoriale et d’auto-détermination“, article paru en 2015 dans la revue Etudes stratégiques, à lire ici