DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A Dikili en Turquie, les réfugiés ne sont pas les bienvenus


Turquie

A Dikili en Turquie, les réfugiés ne sont pas les bienvenus

Les premiers migrants renvoyés de Grèce sont arrivés en Turquie. Des dizaines de personnes originaires du Pakistan et du Bangladesh ont été accueillies avec une banderole “Arrêtez les expulsions, ouvrez les frontières”.
Dans le port de Dikili, dans l’ouest du pays, les réfugiés ont ensuite été pris en charge par le croissant rouge turc.

Plusieurs centaines de réfugiés doivent arriver ce lundi en Turquie dans le cadre d’un accord entre Bruxelles et Ankara. Un dispositif sous haute surveillance d’ores et déjà rejeté par les habitants de Dikili.
“Je ne veux pas des réfugiés ici. dit une habitante. C’est une belle petite ville côtière. Où vont-ils les garder ? Où ? Que va-t-il se passer ensuite ? Tous les gens ici sont concernés, ils sont nerveux. Il y avait un festival hier. Tout le monde ne parlait que de cela”.

L’accord prévoit le retour en Turquie de tous les migrants entrés illégalement en Grèce depuis le 20 mars, soit environ 6.000. Une fois, arrivés en Turquie, les migrants doivent se faire enregistrer. Ils seront ensuite acheminés dans des camps. A quel endroit et sous quel statut ? Ankara ne le précise pas.

La mise en place de ce dispositif n’a pas dissuadé les migrants les plus déterminés de tenter la traversée de la mer Egée. Ce lundi matin encore, les garde-côtes turcs ont intercepté au large une soixantaine de migrants, pour l’essentiel des Afghans, qu’ils ont ramenés dans le port de Dikili.

avec Afp

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les premiers migrants renvoyés de Grèce vers la Turquie