DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Azerbaïdjan : quand les "Panama papers" confirment l'existence de l'empire de la famille Aliev


monde

Azerbaïdjan : quand les "Panama papers" confirment l'existence de l'empire de la famille Aliev

Au pouvoir depuis 2003, suite à la mort de son père Güeidar, le président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliev et sa femme Mehriban Alieva a bâti un empire offshore, selon les révélations des “Panama papers”.

Le site de l’ICIJ, le consortium international de journalistes d’investigation, consacre une page entière à la famille Aliev.

L’enquête aurait mis en lumière la relation de plusieurs membres du clan Aliev avec un réseau complexe de sociétés “offshores” qui sont passées par le cabinet d’avocat panaméen Mossack Fonseca.

Ces fichiers montrent notamment, que, mi 2003, quelques mois avant l‘élection présidentielle, Fazil Mammadov, ministre de l’impôt de l’Azerbaïdjan, a commencé à créer AtaHolding, devenu l’un des plus grands conglomérats du pays : banques, télécoms, entreprises du bâtiment, mines, pétrole, gaz… Et dès le début, Mammadov, très influent, invite la famille du président Aliev à se joindre à lui.

C’est donc au Panama, avec l’aide de Mossack Fonseca, que Mammadov met sur pied deux entités :
FM Management Holding Group SA et UF Universe Foundation dont Mehriban Alieva devient co-directrice.

Cette fondation, d’ailleurs, est majoritairement détenue par les enfants du couple : 15 % pour Arzu, 15 % pour Leyla, 20 % pour le fils de 6 ans du président. 30 % reviennent au fils du ministre Mammadov.



La compagnie Management Holding détient elle-même une société basée au Royaume-Uni, la Financial Management Holding Limited, qui détient à son tour 51 % d’actions d’AtaHolding, dont la valeur était estimée à 490 millions de dollars en 2014.

Un montage complexe…

Autre information, selon les fichiers Mosseck Fonseca et l’enquête des journalistes de l’OCCRP, un réseau de journalistes indépendants d’Europe de l’Est et d’Asie centrale, en 2006, le président Aliev aurait donné la concession de six mines d’or azerbaïdjanaises à plusieurs entreprises, dont deux offshores.

Il s’avère que ces deux sociétés appartiennent en fait à ses deux filles, Arzu et Leyla Aliev.
Les deux soeurs détiendraient 56 % des actions de Globex International LLP et de Londex Resources SA, une société panaméenne.

Ces deux sociétés détiennent elle-même respectivement 11 et 45 % des actions du consortium des six mines d’or. Au final, la famille Aliev contrôlerait donc 56 % du dit consortium Azerbaijan International Mineral Resources Operating Company.

D’après les archives de Mossack Fonseca, la famille Aliev aurait encore d’autres intérêts dans des sociétés offshores.
Selon l’OCCRP, le clan Aliev n’a pas voulu répondre aux sollicitations d’entrevues.

Euronews a pu obtenir une réponse du porte-parole de la Présidence de la république d’Azerbaïdjan, Azer Gasimov, la voici :

“Il est de notoriété publique qu’avant sa carrière politique, le Président Ilham Aliev était un homme d’affaires prospère. Son entreprise était transparente et légale. Après avoir pris la tête du pays, monsieur Aliev a cessé toutes ses activités commerciales. Il ne possède pas de sociétés offshores. Toutes les accusations à ce sujet sont sans fondement. En ce qui concerne certains de ses proches, leurs entreprises sont absolument légales et transparentes”.

Sources : ICIJ, OCCRP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le Nagorny-Karabakh "menace la sécurité de l'Europe"