DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouvelle-Zélande: une pieuvre se fait la malle d'un aquarium

“Inky” est une pieuvre qui vivait à l’aquarium national de Nouvelle-Zélande depuis de nombreuses années. Il y a quelques semaines, elle a réussi à

Vous lisez:

Nouvelle-Zélande: une pieuvre se fait la malle d'un aquarium

Taille du texte Aa Aa

“Inky” est une pieuvre qui vivait à l’aquarium national de Nouvelle-Zélande depuis de nombreuses années. Il y a quelques semaines, elle a réussi à s‘échapper de son réservoir durant la nuit. Direction la mer pour commencer une nouvelle vie.

Il semblerait que son réservoir n’ait pas été bien refermé, ce qui aurait facilité son évasion. La façon dont elle a rejoint la mer est par contre toujours un mystère.
Selon les gardiens, elle aurait pu sortir du réservoir et glisser sur le sol sur 3 ou 4 mètres de distance avant d’atteindre un tuyau de 50 mètres de longueur. Tuyau qui donne directement sur l’océan dans la Baie de Hawke au nord du pays. Autre piste, Inky aurait pu s‘échapper via d’autres tuyaux situés sous son réservoir et rejoindre les égouts.

Inky a été décrit comme un animal “exceptionnellement intelligent”. C‘était une des attractions de l’aquarium. Il y avait été amené par un pêcheur de la région qui l’avait retrouvé blessé.
Incroyablement souples, les pieuvres bien qu’elles fassent la taille d’un ballon de rugby peuvent se glisser dans des trous minuscules, aussi larges qu’une pièce de monnaie. De plus, elles sont connues pour être intelligentes, elles sont par exemple capables d’utiliser des outils basiques.

L‘équipe a écarté l’idée que quelqu’un l’ait volée. De même l’idée qu’ “Inky” n‘était pas heureuse dans son réservoir ne paraît pas probable. Selon Rob Yarrell, le manager de l’aquarium “elle a sûrement dû vouloir voir ce qui se passe dehors”. Ces animaux sont en effet connus pour être extrêmement curieux.

Mais l’aquarium ne devrait pas rester sans créature à huit bras. Blotchy, une autre pieuvre, un peu plus petite, ne s’est pas encore enfuie.

Pour aller plus loin

L’article en VO du Guardian