DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gianfranco Rosi : "les migrants ne sont pas des statistiques"

Vous lisez:

Gianfranco Rosi : "les migrants ne sont pas des statistiques"

Taille du texte Aa Aa

Gianfranco Rosi s’est déplacé en personne pour la première en Grèce de son dernier documentaire intitulé “Fuocoammare” – “La mer en flammes”, son

Gianfranco Rosi s’est déplacé en personne pour la première en Grèce de son dernier documentaire intitulé “Fuocoammare” – “La mer en flammes”, son film qu’il a tourné à Lampedusa et qui a reçu l’Ours d’orde 66è Berlinale.

Dans son film, le documentariste suit le quotidien des migrants qui tentent de rejoindre l’Europe et traversant la Méditérrannée et passent par cette île italienne entre l’Afrique et la Sicile.

“Je ne crois pas qu’un film ou qu’un livre puisse changer la destinée du monde” dit le réalisateur. “Mais mon espoir est que ce film alerte les gens. J’aimerais surtout que le public sente que ces gens ne sont pas seulement des statistiques, mais des personnes avec des droits et des sentiments.”

Gianfranco Rosi a passé un an et demi à tourner son documentaire.

Le réalisateur s’est immergé au sein de la communauté des pécheurs de l‘ïle qui, chaque semaine, étaient les témoins des arrivées de centaines de migrants.

“Les habitants de Lampedusa sont des pécheurs” explique le documentariste. “Et les pécheurs ont appris à accepter tout ce qui vient de la mer. C’est un exemple extraordinaire qui montre que nous devons apprendre à être un peu comme les pécheurs. Le problème des migrants et très complexe et ne peut pas être résolu par un seul pays séparément, surtout si c’est une île. Lesbos et Lampedusa sont deux îles. Deux bastions européens à la frontière de l’Europe, deux symboles forts des migrations. Je crois qu’il y a dans l’histoire des exemples qui nous montrent que les barrières et les murs ne peuvent pas résister à la puissance de l’histoire. Voilà pourquoi je pense qu’ils s’effondreront et seront vaincus. Je n’ai pas peur des barrières physiques, mais j’ai peur des barrières mentales que l’Europe est en train de créer. En particulier de ces murs construits par les politiques de nos pays. Je crois que ce sera la défaite notre politique européenne commune.”

Le film de Gianfranco Rosi est sorti en Italie en févier, il vient de sortir sur les écrans en Grèce et sera diffusé ces prochains mois à travers l’Europe.