DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Norvège coupable de "traitements inhumains" envers le prisonnier Breivik


Norvège

La Norvège coupable de "traitements inhumains" envers le prisonnier Breivik

Il avait marqué son entrée dans le prétoire, le 15 mars dernier, d’un long salut nazi.
Anders Breivik, qui a abattu 77 personnes en Norvège un jour de juillet 2011, vient de gagner son procès contre l’Etat. Oui, il y a bien eu des “traitements inhumains ou dégradants” a estimé le tribunal d’Oslo, à propos des conditions de détention de cet extrémiste, à l’isolement depuis près de 5 ans.

“Nous sommes surpris par le verdict et nous avons signifié au cours de la procédure judiciaire que nous n‘étions pas d’accord avec les éléments du verdict en notre défaveur” réagit l’avocat du gouvernement Marius Emberland.

“Nous n’allons pas faire appel sur l’autre aspect de la plainte dont il a été débouté”, a précisé quant à lui l’avocat d’Anders Breivik Oystein Storrvik,, faisant allusion à une autre demande de l’extrémiste : la levée des restrictions sur son courrier et ses visites. Autant de contraintes de l’isolement carcéral, qui, selon Breivik, nuisent à sa santé.

“Nous avons démontré qu’on pouvait être satisfait de la protection juridique en Norvège, estime la chef du gouvernement Erna Solberg. Il appartient maintenant au tribunal de procéder à des évaluations, et aux institutions de l’Etat, aux responsables des conditions de détention, d‘évaluer ce qu’il faut faire à l’avenir.”

Le 22 juillet 2011, Anders Breivik a fait exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo. Huit personnes ont péri. Puis, déguisé en policier, il avait traqué près de 600 participants d’un camp d‘été de la jeunesse travailliste sur l‘île d’Utoya, et exécuté 69 d’entre eux, au nom d’un combat contre le multiculturalisme.

Avec agences

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Près de 500 migrants se seraient noyés en Méditerranée (UNHCR)