DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le festival D-CAF fait vibrer le Caire

Vous lisez:

Le festival D-CAF fait vibrer le Caire

Taille du texte Aa Aa

Danse contemporaine, théâtre, musique, arts visuels, cinéma et la littérature. Le D-CAF, le plus grand festival international et multidisciplinaire

Danse contemporaine, théâtre, musique, arts visuels, cinéma et la littérature. Le D-CAF, le plus grand festival international et multidisciplinaire d’art contemporain d’Egypte se déroule chaque printemps dans plusieurs sites du centre-ville du Caire.

Parmi les différentes représentations qui ont marqué cette cinquième édition, le spectacle de danse de Nagham Salah imaginé par la chorégraphe Dhayma Shoukry.

“Ma danse représente un cercle sans fin, comme si toute ma vie se répétait. J’essaye de sortir du cercle, je tombe, je me relève et je me sens vidée. C’est la vie”, explique Nagham Salah.

“Nous essayons de voir l‘être humain sous différents angles. De dire qu’une personne ne peut pas être définie selon un seul aspect, qu’elle est plus profonde que ça, en fonction de ce qu’elle nous montre et des premières impressions que nous avons d’elle. Tout n’est pas toujours blanc ou noir, homme ou femme. Le concept du cercle exprime aussi celui de la vie d’une personne. Chacun de nous a son cercle proche et celui plus lointain. Certains me voient différemment que d’autres”, ajoute la chorégraphe Shaymaa Shoukry.

Le rap des classes moyennes ou l‘électro-shaabi, dit aussi mahragan n‘était pas en reste. Sur scène, le groupe “Studio Stella”. Cinq musiciens réputés pour leur capacité à incorporer différents styles musicaux et influences au mahragan. Un groupe très en vogue qui a de toute évidence séduit son public.

Euronews a rencontré l’organisateur de l‘événement. Il revient sur l’objectif premier de ce Festival.

“Chaque année, nous invitons des artistes différents, et nous avons différents spectacles qui dépendent de ce qui est présenté dans le monde entier. Notre objectif est d’explorer toujours de nouveaux endroits, de nouveaux artistes et ainsi de suite”, explique Ahmed Al-Attar.

Abdelbaset Hamouda, lui, n’est pas un nouveau venu. Avec une carrière de plusieurs décennies et une présence sur scène formidable cette légende de la musique égyptienne Shaabi a lui aussi donné un concert, à guichet fermé et pour la plus grande joie de ses fans.

Face à l’instabilité et aux tensions politiques et sociales qui secouent l’Egypte, le D-CAF représente pour beaucoup d‘Égyptiens un tremplin pour plus de modernité, de droits et de liberté d’expression.

Le festival se déroule jusqu’au 22 avril.