DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Obama prend parti contre le Brexit

A peine arrivé au Royaume-Uni, le président américain Barack Obama a pris position avec force dans le débat sur le Brexit, à deux mois du

Vous lisez:

Obama prend parti contre le Brexit

Taille du texte Aa Aa

A peine arrivé au Royaume-Uni, le président américain Barack Obama a pris position avec force dans le débat sur le Brexit,
à deux mois du référendum.

Dans une tribune publiée par le Daily Telegraph, il affirme que :

*“L’Union européenne ne diminue pas l’influence britannique, elle l’amplifie.
Une Europe forte n’est pas une menace pour le leadership mondial de la Grande-Bretagne, elle renforce ce leadership(…) Les États-Unis et le monde ont donc besoin que votre énorme influence continue à s’exercer, y compris au sein de l’Europe”*

Le Premier ministre David Cameron lui a aussitôt répondu sur les réseaux sociaux :

“Les États-Unis sont l’un de nos alliés les plus proches. Il est donc important d’entendre Barack Obama sur la raison pour laquelle nous devrions rester dans l’Union Européenne. “

Les partisans du Brexit sont furieux

Nigel Farage, leader du parti anti-immigration Ukip, dénonce “une ingérence malvenue de la part du président américain le plus antibritannique qui ait jamais existé.Heureusement, il quittera ses fonctions bientôt.”

Boris Johnson, le maire de Londres, s‘étonne de cette ingérence, innattendue: “Je pense que la difficulté, c’est que l’Union européenne provoque maintenant de telles contraintes, qu’y rester est une option pleine d’insécurité.”

Dans sa tribune Barack Obama insiste sur l’intérêt d’un maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne en matière de lutte antiterroriste.

Pour Ian Bond, du centre de réflexion londonien Center for European Reform, Barack Obama “est opposé au Brexit parce que cela risque de créer davantage de problèmes pour les Etats-Unis en Europe. Sa préoccupation est de savoir comment un Brexit affecterait la capacité de l’Europe à aider les Etats-Unis à régler les grands problèmes internationaux”, analyse Ian Bond.